Landes: Leurs équipes de basket sont rivales...Mais elles partent ensemble faire le 4L Trophy

RALLYE Ce jeudi, Emilie Delas et Camille Cazaubon s'élanceront dans le désert aux côtés de 1200 autres voitures...

Laetitia Dive
— 
La course a lieu du 16 au 26 février
La course a lieu du 16 au 26 février — JULIEN ROCHER / FlashSport/Raid 4L Trophy 2014 / AFP

« Avec le 4L Trophy, on rate la Coupe des Landes et un match de championnat. Mais bon, c’était un sacrifice à faire ». Camille Cazaubon est ailière dans l’équipe de Nationale 3 du club landais d’Amou-Bonnegarde-Nassiet (ABN), mais ses coéquipières devront se passer d’elle du 16 au 26 février.

Agée de 27 ans, la basketteuse les abandonne quelques jours pour de nouvelles aventures dans le désert marocain aux côtés d’Emilie Delas, membre de l’Elan Chalossais, équipe adversaire. « On est dans la même poule, on joue au même niveau », précise Camille.

Une course ouverte aux anciens trophistes

Les deux jeunes femmes ont donc décidé de laisser leur rivalité sur les parquets de côté pour s’associer le temps du 4L Trophy. Habituellement réservée aux étudiants, la course a exceptionnellement accepté les candidatures d’anciens participants pour sa 20e édition.

« Je sais qu’il y aura un père avec son fils », raconte Emilie. La jeune femme a déjà participé à ce rallye en 2010 et souhaitait réitérer l’expérience avec une nouvelle coéquipière : « Camille n’est pas aventurière mais elle a supporté une semaine de camping au Canada avec moi, donc je pense qu’elle en est capable ! »

6 000 kilomètres

L’intéressée reconnaît avoir quelques craintes : « On va dormir dans le désert sans aucun confort, je suis nulle en orientation… Je me suis longtemps demandé si j’étais capable de parcourir 6 000 kilomètres comme ça ! »

Comme tous les autres participants, les deux amies ont préparé leur projet très en amont pour trouver les fonds nécessaires pour participer à l’aventure : « On est parties sur budget de 6 000 euros (l’inscription coûte 3 000 euros), raconte Emilie. Il a fallu aller chercher du sponsoring, il y a tout l’aspect logistique… »

La jeune femme a également passé beaucoup de temps à réparer sa voiture, déjà utilisée en 2010. A l’époque, elle avait vécu une drôle de mésaventure : « La voiture s’est arrêtée, on a regardé le moteur et sorti la caisse à outils sans conviction. Et là on a réalisé qu’on avait laissé clés à l’intérieur donc on était en panne et enfermées dehors ! »

Une course solidaire

D’autres participants s’étaient alors arrêtés pour leur porter secours. « On ne s’est pas inquiétées car on sait que dans cette course, il y a forcément quelqu’un qui va venir nous aider ».

C’est justement cette entraide qui plaît à Emilie : « Ce qui me plaît c’est les rencontres. Il ne faut pas avoir peur d’aller vers les autres ». Au-delà des liens qui se nouent entre participants, la course leur permet aussi de découvrir « une campagne marocaine et des habitants dont on ne connaît pas la culture ». Et d’apporter des fonds et des fournitures scolaires à l’association Enfants du Désert, partenaire du 4L Trophy.