Cinémas en Gironde: Un coup d'arrêt aux multiplexes?

CINEMA La commission nationale d’aménagement cinématographique vient de refuser le passage de 6 à 10 salles au Mégarama du Pian-Médoc. En septembre 2016, elle avait déjà refusé la création d’un multiplexe à Langon…

Mickaël Bosredon

— 

Une salle de cinéma
Une salle de cinéma — Ymagis

La commission nationale d’aménagement cinématographique (Cnac) a annulé lundi soir l’autorisation d’extension accordée au Mégarama du Pian-Médoc, délivrée par les instances départementales. Celle-ci devait permettre au multiplexe de passer de 6 à 10 salles.

>> A lire aussi : La guerre des cinémas est déclarée en Gironde

Cinq communes avoisinantes, Blanquefort, Eysines, Saint-Médard-en-Jalles, Pauillac et Lesparre-Médoc avaient déposé un recours contre ce projet, qui menaçait selon elles les cinémas indépendants de leurs villes.

« Il n’y avait aucun intérêt à ce que cet établissement s’agrandisse »

« C’est une grande satisfaction, confie Véronique Ferreira, maire de Blanquefort, à 20 Minutes. La commission n’a pas encore publié son compte rendu mais manifestement elle a pris en compte nos arguments. Nos cinémas ont déjà perdu entre 20 % et 50 % de leur fréquentation depuis l’ouverture de ce Mégarama en 2012. Et, en plus de ce projet d’extension, nous sommes confrontés à un autre projet, celui de la création d’un multiplexe UGC à Bordeaux aux Bassins à Flot, dont nous ne sommes qu’à 18 minutes. »

Exploitante du cinéma Rex à La Réole, au sud de Bordeaux, et présidente de l’ACPG, association des cinémas de proximité de Gironde, Cathy Gery se félicite aussi de cette décision. « Ce refus est une victoire pour la régulation. La zone du Megarama ne s’est pas développée démographiquement, et il n’y avait aucun intérêt à ce que cet établissement s’agrandisse, surtout pour aller sur le terrain de l’Art et Essai qui est actuellement proposé par les salles de proximité. »

La commission avait déjà retoqué un projet à Langon en 2016

L’ACPG s’était opposée en 2016 à la création d’un multiplexe de 5 salles et 1.074 places à Langon. Et elle avait obtenu gain de cause auprès de la Cnac. Dans son rapport, la commission avait notamment considéré que ce projet ne s’inscrivait pas « dans une logique réelle d’aménagement culturel et équilibré du territoire ».

>> A lire aussi : La culture aura aussi sa place aux Bassins à Flot

Ces deux décisions consécutives signifient-elles la fin des projets de multiplexes en Gironde, sixième département de France à détenir le plus de salles de cinéma (hors Paris) ? Il reste encore le projet d’UGC, qui veut ouvrir un établissement de 13 salles et 2.400 fauteuils aux Bassins à Flot.

« Ce que je n’arrive pas à comprendre, explique Christine Bost, maire d’Eysines, c’est qu’il existe une cohabitation entre cinémas indépendants et multiplexes qui fonctionne à peu près, mais si on continue sur cette accélération nous allons au-devant de grandes difficultés. D’autant que plus on multiplie le nombre d’écrans, plus on a de difficultés à obtenir des copies de films. »

L’UGC des Bassins à Flot pour fin 2019 ?

Le projet de multiplexe aux Bassins à Flot fait aussi l’objet d’un recours, de la part du cinéma indépendant bordelais Utopia, du Mégarama rive droite, et des communes d’Eysines et de Blanquefort. Joint par 20 Minutes, Pierre Arnal, directeur de programme chez Pitch promotion, qui porte le projet d’UGC, explique que « nous attendons la décision de la cour d’appel, qui devrait intervenir d’ici à la fin du mois de mars. »

« Nous aurions pu commencer la construction, poursuit Pierre Arnal, car les recours ne sont pas suspensifs, mais nous préférons attendre une décision définitive. Si tout va bien nous pourrons débuter les travaux d’ici à la fin de l’année, pour une livraison fin 2019. »

« Bordeaux est déjà suréquipé »

Parmi les opposants, le cinéma Utopia dénonce ce projet « au sein de la grande ville de France qui détient déjà le plus grand nombre de fauteuils par habitant. Nous sommes déjà suréquipés, et UGC se retrouverait avec cet établissement à 31 salles dans la ville. C’est une position flagrante de monopole. »

« Le projet du Bassin à Flot doit être le dernier, estime pour sa part Cathy Gery, sachant que Bordeaux Métropole est dotée de quatre opérateurs grande exploitation (UGC, Megarama, CGR le Français, Gaumont), ce qui est assez exceptionnel et visiblement assez unique en France. D’autre part, ces établissements n’atteignent pas leurs objectifs de fréquentation. »