Le Roux n’envisage pas la fermeture du centre de déradicalisation d’Indre-et-Loire

POLITIQUE Le ministre de l'Intérieur a rencontré les responsables du CAPRI à Bordeaux et s'est exprimé sur l'avenir du centre de Beaumont-en-Véron...

E.P.

— 

Bruno Le Roux a rencontré à Bordeaux les reponsables du centre de déradicalisation.
Bruno Le Roux a rencontré à Bordeaux les reponsables du centre de déradicalisation. — G. Varela / 20 Minutes

En visite à Bordeaux ce vendredi, Bruno Le Roux, ministre de l’intérieur, a rencontré les responsables du centre d’action et de prévention contre la radicalisation des individus (CAPRI), qui a ouvert ses portes dans la capitale Girondine il y a environ un an.

>> A lire aussi : Menaces de fermeture pour le premier centre de déradicalisation à Beaumont-en-Véron

Il demande « de la sérénité sur le dossier »

A cette occasion, le ministre s’est exprimé sur le centre de Beaumont-en-Véron, installé en Indre-et-Loire. Le député (PS) Laurent Baumel estime que la mise en examen pour « association de malfaiteurs terroriste » d’un pensionnaire remet en cause l’existence du site. « En Indre-et-Loire, il y a certaines tensions mais je demande de la sérénité sur le dossier », a affirmé Bruno Le Roux. Une réunion associant les préfets est prévue ce lundi sur le sujet mais à ce stade il a assuré que l’option de la fermeture n’était pas envisagée. « Il faudra apporter des corrections pour que cela fonctionne mieux », a-t-il reconnu.

>> A lire aussi : Le pensionnaire d'un centre de déradicalisation mis en examen et écroué

Sur le CAPRI, il a évoqué « une expérience positive qu’il faut regarder avec humilité » et à laquelle il faut accorder du temps.