Bordeaux: De Bacalan à Saint-Michel, la mairie veut «enrayer» les trafics en tout genre

DELINQUANCE Plusieurs trafics en tout genre, notamment de drogue, continuent de se produire dans divers quartiers de Bordeaux. Alain Juppé réclame une «action forte»...

Mickaël Bosredon

— 

L'avenue de Labarde dans le quartier Bacalan à Bordeaux, où des problèmes d'insécurité subsistent
L'avenue de Labarde dans le quartier Bacalan à Bordeaux, où des problèmes d'insécurité subsistent — M.Bosredon/20Minutes

La situation « n’est pas encore totalement apaisée » à Bacalan concède Jean-Louis David, adjoint au maire en charge de la vie urbaine et de la coordination de la politique de proximité, malgré un « redéploiement de la police nationale sur le secteur ». Alain Juppé a présidé lundi soir un Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance, autour du préfet et du procureur de la République de Bordeaux.

>> A lire aussi : Bordeaux: La fermeture du pont de pierre aux voitures réjouit les cyclistes mais pas les écolos

« Pour éviter que le secteur ne devienne une zone de non droit, Alain Juppé a notamment demandé une action forte à Bacalan, où divers trafics sont constatés à proximité du pont d’Aquitaine, avenue de Labarde » indique la mairie dans un communiqué.

Rodéos nocturnes

« La problématique de ce quartier est aussi, toujours, celle des rodéos nocturnes avenue de Labarde, détaille Jean-Louis David. A cet effet nous avons procédé à plusieurs vidéo-verbalisations de ces infractions routières depuis l’année dernière. »

>> A lire aussi : Bordeaux: Les 40 associations de Darwin mobilisées pour rester sur le site de la Caserne

La vidéo-verbalisation permet à un policier municipal assermenté de dresser un procès-verbal depuis un moniteur montrant des images prises par des caméras de vidéo-surveillance. Trois sont installées à Bacalan et, après des problèmes de dégradation, elles sont maintenant bien en place. D’autres ont été implantées dans le quartier de la gare également.

Saint-Michel pose aussi problème

Ces caméras « permettent aussi à la police nationale d’intervenir plus vite lorsque se passe un fait délictueux. » Jean-Louis David reconnaît que ces outils ne « résolvent pas tout » et qu’il subsiste des problèmes de trafics. « La résidence du Port de la lune par exemple, qui appartient au bailleur social Mésolia, reste conquise par une jeunesse désabusée plus encline au trafic de drogue qu’à autre chose. Mais la volonté de tout le monde reste d’enrayer ce phénomène. »

Bacalan n’est pas le seul quartier qui pose problème. La municipalité veut aussi agir sur Saint-Michel. « C’est un quartier sur lequel on a beaucoup trop de trafics en tout genre, notamment de drogues et de substituts de drogues, et de voleurs à la sauvette. »

Les caméras dans ce quartier ont permis « de juguler les trafics de la rue des Faures, mais ils se sont déplacés ailleurs, il faudra donc un ensemble de dispositifs pour reconquérir les lieux. »

La mairie regarde enfin avec attention la situation à la Victoire, « qui nous inquiète ». « D’autres secteurs seront aussi à traiter, mais on ne pourra pas être présent partout en même temps », concluent les élus.