Gironde: Un financement participatif pour un projet photovoltaïque dans le Médoc

ENERGIES L'entreprise béglaise Valorem lance une nouvelle campagne de financement participatif, cette fois-ci pour un projet de parc photovoltaïque à Brach, dans le Médoc...

Mickaël Bosredon

— 

La centrale photovoltaïque de Cestas en Gironde
La centrale photovoltaïque de Cestas en Gironde — MEHDI FEDOUACH / AFP

L’appel au financement participatif a été lancé ce mardi matin, à l’occasion de l’ouverture des assises européennes de la transition énergétique, à Bordeaux, et il a déjà récolté 40.000 euros. Valorem, entreprise basée à Bègles, a ouvert sa neuvième campagne de financement participatif pour un projet de parc photovoltaïque dans le Médoc, à Brach.

>> A lire aussi : Nouvelle-Aquitaine: Un projet d'énergie houlomotrice pour le port de Bayonne

Les investissements des particuliers - pour un montant minimum de 50 euros et maximum de 10.000 euros - sont rémunérés, à hauteur de 6 % pour les habitants du Médoc, 5 % pour les habitants de la Gironde, et 4 % pour les autres. Une rémunération garantie via un remboursement amortissable, par trimestres pendant trois ans. L’entreprise avait lancé une collecte similaire pour un projet d’éoliennes, toujours dans le Médoc, en juin 2016.

Les riverains avantagés par la rémunération car « c’est chez eux qu’on s’installe »

La collecte restera ouverte un mois sur le site Lendosphere.com, mais il y a fort à parier que les 100.000 euros nécessaires au projet soient atteints bien plus rapidement. « Le 5 janvier nous avons lancé une campagne similaire pour un projet éolien en Loire-Atlantique, les 100.000 euros ont été atteints en 4 h 30, raconte Claudio Rumolino, de Valorem. Du coup, nous avons déplafonné et nous en sommes maintenant à 295.000 euros. Nous nous arrêterons à 300.000 euros. »

>> A lire aussi : Gironde: La LPO lance une campagne pour financer du matériel de soins

Ce montage permet à Valorem de diminuer son apport en fonds propres, qui représente généralement 20 % de l’investissement total pour un projet. En 2017, l’entreprise béglaise souhaite lever deux millions d’euros de la part des particuliers pour financer sept projets, soit la majorité de ses projets de l’année.

Les rémunérations pour les riverains sont toujours supérieures car, « c’est chez eux qu’on s’installe, ce sont leurs ressources, c’est donc normal que nous les avantagions ». Le parc de Brach Energies produira 15.400 MWh par an, ce qui représente la consommation électrique annuelle de 5.500 foyers, « et ce qui permettra ainsi d’éviter l’émission de 7.000 tonnes de CO2 par an » dit Valorem.

« Le financement participatif va prendre une toute autre tournure en 2017 »

Amaury Blais, président de la plateforme Lendosphere, assure que « le financement participatif sous la forme de prêt, qui n’existe que depuis deux ans en France, va prendre une toute autre tournure en France en 2017 dans le domaine de la transition énergétique. »

Via la loi sur la transition énergétique, les développeurs d’énergie renouvelable vont en effet être « incités à faire appel aux particuliers pour financer leurs projets. » Les entreprises auront des bonus dans leur prix de revente de l’électricité à EDF s’ils font appel au participatif.

« Le but est de permettre aux populations de s’approprier ces projets, sur le modèle du Danemark qui, lorsqu’il a entamé sa transition énergétique, a obligé les projets éoliens à être ouverts aux riverains. »