Landes: Le militant qui avait volé des chaises pour dénoncer l'évasion fiscale a été relaxé

JUSTICE Le militant Jon Palais était jugé pour le vol de 14 chaises d'une agence parisienne de la banque BNP Paribas. Une action pour dénoncer l'évasion fiscale des banques...

E.P. avec AFP

— 

Le militant altermondialiste Jon Palais était jugé pour le vol de 14 chaises de la banque BNP Paribas, pour protester contre l'évasion fiscale.
Le militant altermondialiste Jon Palais était jugé pour le vol de 14 chaises de la banque BNP Paribas, pour protester contre l'évasion fiscale. — ROZ GAIZKA / STR / AFP

La relaxe a été prononcée pour le militant altermondialiste Jon Palais, qui était jugé pour le vol de 14 chaises dans une agence parisienne de la banque BNP Paribas le 19 octobre 2015, afin de protester contre l’évasion fiscale des banques. Le tribunal de Dax a décidé de suivre les réquisitions du procureur en prononçant la relaxe.

>> A lire aussi : Evasion fiscale: Jon Palais, le «faucheur de chaises», jugé ce lundi à Dax

La présidente du tribunal correctionnel, Florence Bouvier, a aussi exprimé la nullité de la procédure concernant notamment le refus de prélèvements ADN de Jon Palais au cours de l’enquête, et a conclu à « la relaxe de la totalité des chefs de poursuite », dont celui de vol en réunion pour ce qu’elle a appelé « la prise de chaises ».

>> A lire aussi : Argentine : des ex-cadres de BNP Paribas mis en examen pour évasion fiscale

Au procès le 9 janvier, le procureur Jean-Luc Puyo avait requis la relaxe pour « l’emport de chaises » et une dispense de peine pour son refus de prélèvements biologiques. La BNP, partie civile dans ce procès où elle n’était pas représentée, réclamait un euro symbolique de réparations.

« Un signe fort pour la légitimité des actions des faucheurs de chaises »

« C’est un grand désaveu pour la BNP », a réagi devant les médias Jon Palais. Le militant altermondialiste de 37 ans avait été défendu par l’ex-magistrate et ex-candidate écologiste à l’élection présidentielle Eva Joly et sa fille, Caroline Joly.

>> A lire aussi : Argentine: Un politicien cachait 8 millions de dollars dans un monastère

Il a vu dans le jugement « un signe fort pour la légitimité des actions des faucheurs de chaises » dans leur lutte contre l’évasion fiscale, en référence à une quarantaine d’actions collectives de ce type menées dans différentes banques en 2015, avec d’autres procès à venir.