Bordeaux: La Ville demande à Darwin de délocaliser 40 structures associatives «sans délai»

SOCIETE Alain Juppé a demandé le départ de plusieurs structures associatives installées sur le périmètre de la ZAC Bastide-Niel, pour qu'un projet immobilier y démarre...

Elsa Provenzano
— 
Darwin défend une autre vision de l'urbanisme et se fait recadrer par la Métropole.
Darwin défend une autre vision de l'urbanisme et se fait recadrer par la Métropole. — E.Provenzano / 20 Minutes

Darwin et les pouvoirs publics n’ont pas la même vision pour l’avenir de du quartier Bastide-Niel, sur la rive droite de Bordeaux. « D’un côté, Alain Juppé dit que le projet Darwin est une chance pour Bordeaux et de l’autre il demande la délocalisation sans délai d’activités associatives portées par 40 structures dont Emmaüs », s’étonne Jean-Marc Gancille, cofondateur de Darwin. Ce sont les associations, réunies sous l’appellation « la 58e » qui doivent se réunir ce jeudi pour évoquer la situation et elles traiteront en direct avec les autorités, Darwin ayant pris le parti de se retirer.

>> A lire aussi : Bordeaux: Le festival de Darwin de retour du 8 au 11 septembre

Darwin défend un autre urbanisme

Sur les terrains qu’elles occupent, propriétés de Bordeaux-Métropole mais mis à disposition pour Darwin dans le cadre d’autorisations temporaires d’occupation (qui ne seraient plus valides), un parking et des logements sociaux doivent être construits dans le cadre de la ZAC. Or, Darwin défend une autre façon d’aménager le territoire, en partant des besoins des usagers et « on imaginait qu’on allait faire la preuve par l’exemple », déplore Jean-marc Gancille, qui a le sentiment d’un immense gâchis. « Personne n’est contre Darwin, mais la ZAC a été votée par le conseil de Bordeaux Métropole », fait valoir Jérôme Siri, maire adjoint du quartier de la Bastide.

La partie caserne dont Darwin est propriétaire n'est pas impactée par le projet de ZAC Bastide-Niel.
La partie caserne dont Darwin est propriétaire n'est pas impactée par le projet de ZAC Bastide-Niel. - E.Provenzano / 20 Minutes

Alain Juppé a tenu a « recadré » les choses en lançant lors de ses vœux à la presse « Darwin n’a pas reçu comme mission de définir les modalités d’aménagement de la ville de Bordeaux ». Ce qui a déjà été réalisé sur la caserne « semble satisfaire beaucoup de monde », défend Jean-Marc Gancille, rappelant que les associations représentent 20 emplois et 5.000 adhérents et que le site entier est fréquenté par environ 15.000 personnes chaque semaine. Sans prétendre détenir toutes les réponses en matière d’aménagement, Darwin aimerait travailler en commun avec la Métropole pour un urbanisme différent de ce qui existe aux Bassins à flot ou à Ginko. 

>> A lire aussi : Les nouveaux lieux de fête: De hangar à bar branché, un long chemin de paperasse et de béton

Une schizophrénie de la municipalité ?

Darwin c’est un projet écologique aux multiples facettes porté par la SAS Evolution sur l’ancienne caserne militaire Niel de la Bastide. Elle a réhabilité une partie des volumes gigantesques de l’ancien bâtiment militaire, sur la rive droite de Bordeaux qu’elle a commencé à acquérir en 2009, y installant du coworking, une pépinière d’entreprises, une recyclerie, un skate park, de l’agriculture urbaine et des événements culturels réguliers etc.

Un jardin a été développé en permaculture et donne de bons résultats.
Un jardin a été développé en permaculture et donne de bons résultats. - E.Provenzano / 20 Minutes

Ce projet unique en son genre a toujours été salué par Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de la Métropole Bordelaise pour son originalité et son attractivité, reconnue au-delà de la capitale Girondine. Si Darwin prend acte de la décision d’Alain Juppé elle déplore la destruction programmée de ce qui existe sur la partie du site concerné. Et, elle s'étonne aussi d'une certaine « schizophrénie » de la municipalité avec laquelle elle travaille pour le village d’accueil d’urgence par exemple, et qui est voué à disparaître.

Des hébergements d'urgence ont été crées en lien avec le CCAS dans des tétrodons, ces espaces modulables des années 60.
Des hébergements d'urgence ont été crées en lien avec le CCAS dans des tétrodons, ces espaces modulables des années 60. - E.Provenzano / 20 Minutes

Le maire de Bordeaux a aussi parlé de « flou artistique » sur les conditions de sécurité de certains événements organisés sur le site. Darwin estime qu’il s’agit là d’un prétexte pour discréditer ses activités alors qu’il n’y a jamais eu un seul incident et que la police municipale a même déjà salué ses efforts en la matière.

>> A lire aussi : Bordeaux: Un quartier entier en construction sur les friches de Bastide-Niel

Au-delà des seules activités portées par les associations, Jean-Marc Gancille craint que l’aménagement de la ZAC « entrave la dynamique économique initiée et qui est beaucoup portée par les associations ». Sans esprit de conquête, Darwin entend avoir prouver au regard de son succès, qu’elle avait son mot à dire sur le développement de ce secteur, soit les 9 hectares de la caserne. « Les pouvoirs publics ont la légalité pour eux mais nous avons la légitimité sociale et environnementale », estime-t-il.