Bordeaux: «Dans le Triangle d'or, on ne trouve plus rien en dessous de 6.000 euros le m2 !»

IMMOBILIER L'attractivité de Bordeaux se ressent dans les prix de l'immobilier, notamment dans le haut de gamme. Et ça n'est pas près de s'arrêter...

Mickaël Bosredon
— 
Illustration immobilier, les quais à Bordeaux.
Illustration immobilier, les quais à Bordeaux. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

L'année de tous les records ? Les prix de l'immobilier ont flambé en 2016 à Bordeaux. Comme nous l'avons déjà évoqué, Bordeaux est la grande ville de France où les prix ont le plus augmenté en 2016 ( + 4,1 %) devant Paris ( + 3,6 %) et Nantes ( + 3,2 %). Le prix médian y reste très en-deçà de la capitale (3.200 euros le mètre carré contre 8.300 euros pour Paris), mais en approfondissant les recherches, on peut constater que certains biens se négocient à très haute altitude, même à Bordeaux.

>> A lire aussi : Bordeaux: Certains habitants des nouveaux quartiers ne voient pas la ville en rose

« C'est principalement le marché haut de gamme qui bénéficie des plus fortes hausses en 2016 » explique à 20Minutes Aymeric Sabatie-Garat, directeur de l'agence Barnes Immobilier à Bordeaux. « Cela est du à la rareté des biens d'exception dans le centre-ville de Bordeaux, et à l'attractivité de la ville, qui bénéficie d'articles élogieux même à l'étranger, ce qui attire de plus en plus des investisseurs installés en Angleterre, en Suisse ou aux Etats-Unis. »

Un appartement de 74 m2 vendu 9.200 euros le m2

Résultat : « nous avons vendu en 2016 un appartement dans le Triangle d'Or (entre le cours Clemenceau, le cours de l'Intendance et les allées Tourny) de 74 m2 680.000 euros, soit 9.200 euros le mètre carré, ou encore un 200 m2 à 8.500 euros le mètre carré. Fin 2015, nous avions établi un record avec un appartement dans le Triangle vendu 10.500 euros le m2, mais là c'était vraiment exceptionnel. Ce que l'on peut noter en 2016, c'est qu'il y a de plus en plus de biens qui se vendent entre 8.000 et 9.000 euros le m2, cela se généralise et ce n'était pas le cas avant. »

>> A lire aussi : Bordeaux: La découverte d'une nécropole antique ne va pas retarder le projet immobilier sur le site

Aymeric Sabatie-Garat assure que désormais « il n'y a plus rien en dessous de 6.000 euros le m2 dans le Triangle et le quartier du grand Théâtre, et à ce prix ce sont des grandes surfaces, en étage élevé sans ascenseur. » Le bien d'exception se définit, lui, comme un appartement rénové, en étage mais avec ascenseur, et avec vue dégagée.

Les Chartrons, Jardin public et Saint-Seurin également plébiscités

Les quartier Chartrons, Jardin public et Saint-Seurin bénéficient eux aussi de la hausse. L'immobilier haut de gamme dans ces secteurs centraux se négocie désormais « entre 5.000 et 6.500 euros le m2, ce qui n'était pas le cas il y a un an. »

Outre les investisseurs, qu'ils soient Français ou étrangers, la clientèle est généralement constituée de « Parisiens avec de certains moyens, de retraités ou pré-retraités, et beaucoup de familles. »

Selon le spécialiste de l'immobilier de luxe, cette tendance « n'est pas prête de s'arrêter. » « On note une hausse progressive des prix depuis plusieurs années à Bordeaux, et 2017 devrait se poursuivre de la même façon. Dans ce marché, il y a plus de demandes que d'offre, et les biens d'exception sont de plus en plus rares dans l'hyper-centre. »