Bordeaux: Juppé explique que la ville «se prépare depuis 10 ans» à l'arrivée de la LGV vers Paris

POLITIQUE Le maire de Bordeaux et président de la métropole bordelaise a longuement évoqué les politiques menées en amont de la mise en service de la navette TGV vers la capitale, lors des vœux à la presse ce jeudi...

Elsa Provenzano

— 

Le maire de Bordeaux est revenu sur le grand changement qui va intervenir en 2017: la mise en service de la ligne à grande vitesse vers Paris.  / AFP PHOTO / NICOLAS TUCAT
Le maire de Bordeaux est revenu sur le grand changement qui va intervenir en 2017: la mise en service de la ligne à grande vitesse vers Paris. / AFP PHOTO / NICOLAS TUCAT — AFP

La ligne à grande vitesse vers Paris, c'est « l’événement majeur » de l’année 2017 retenu par Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de la métropole bordelaise lors de ses vœux à la presse, ce jeudi. Avec 18,5 allers-retours directs, il estime qu’il s’agit d’une « vraie navette » qui promet une vague de dynamisme au territoire. Le candidat malheureux de la primaire à droite a insisté sur « la préparation depuis dix ans » de la mise en service de cette ligne qui mettra la capitale Girondine à 2h04 de Paris, à partir du 2 juillet 2017.

>> A lire aussi : Avec la nouvelle gare Saint-Jean et la LGV, la SNCF va vivre une année 2017 «historique»

7.500 logements construits par an sur la métropole

Alain Juppé estime qu’il est impératif de construire « beaucoup » d’habitat pour répondre à la demande. Il a évoqué l’opération 50.000 logements autour des axes de transports, qui participe à la création, chaque année, de 7.500 logements sur la métropole. « Mais il ne faut pas seulement construire beaucoup mais aussi mieux », a-t-il ajouté, annonçant la création d’une charte du bien construire pour s’attaquer au « problème de la qualité de la construction ».

Un problème qu’il veut général à l’ensemble du secteur, refusant d’y associer les noms des nouveaux quartiers sortis de terre à Bordeaux comme Ginko, programme sur lequel un balcon s’est écroulé, et Bassins à flot, un quartier concentrant des malfaçons.

>> A lire aussi : Certains habitants des nouveaux quartiers ne voient pas la ville en rose à Bordeaux

Le maire de Bordeaux a aussi annoncé que le conseil de Bordeaux Métropole devrait se prononcer prochainement sur son adhésion à un établissement public foncier régional, déjà existant. Une réponse à « une forte pression foncière ». Bordeaux est devenu en dix ans,la cinquième ville la plus chère de France.

Des efforts pour améliorer la mobilité

Les difficultés de circulation sur la Métropole qui se rêve millionnaire d’ici 2030, inquiètent beaucoup les habitants, à juste titre. En 2017, les travaux engagés pour la mise à deux fois trois voies de la rocade se poursuivent entre l’échangeur 10 et le pont d’Aquitaine mais il faudra plusieurs années pour boucler ce chantier que la métropole mène en partenariat avec l’Etat.

Une nouvelle bretelle d’accès située au niveau de l’échangeur 4, va être créée en 2017 pour permettre une meilleure desserte du Parc des Expositions et du Stade Matmut Atlantique. Les travaux préliminaires au nouveau pont Jean-Jacques Bosc vont être amorcés cette année et une consultation devrait être lancée pour baptiser l’ouvrage. Un grand plan vélo doté d’une enveloppe de 70 millions d’euros jusqu’en 2020 a aussi été lancé pour développer encore l’usage du vélo.

>> A lire aussi : La métropole bordelaise investit 70 millions d’euros pour développer l’usage du vélo

Un souci de développer l’emploi

Le maire de Bordeaux a terminé en rappelant qu’entre juin 2013 et juin 2016, 10.900 emplois directs ont été créés sur la métropole, selon les données de l’URSSAF. Les secteurs de l’informatique, du tertiaire, du tertiaire supérieur, du numérique et du tourisme sont les plus porteurs. Une mission Bordeaux attractivité a aussi été mise sur pied pour développer une « stratégie marketing », visant à attirer des entreprises.

>> A lire aussi : Tous les syndicats de l’usine Ford inquiets pour l’avenir du site qui emploie 950 personnes en Gironde

Alain Juppé a fait part de son inquiétude sur le sort de l’usine FAI de Blanquefort, dont les syndicats viennent de tirer la sonnette d’alarme en l’absence de nouvelle activité de production à l’horizon. Il va demander au préfet qu’une réunion avec la direction Ford Europe soit organisée et estime qu’il faut « mettre ce groupe face à ses responsabilités ».