Un joueur prometteur, respectueux et avec qui on peut discuter...En Uruguay, Diego Rolan a une bonne image

FOOTBALL L’attaquant est revenu ce mardi à Bordeaux après avoir raté la reprise de l’entraînement dimanche…

Laetitia Dive

— 

Depuis 2014, l'attaquant a disputé 23 matchs avec la sélection uruguayenne
Depuis 2014, l'attaquant a disputé 23 matchs avec la sélection uruguayenne — Miguel Rojo

« Ici, il a plutôt l’image d’une personne timide, tranquille. Jamais il n’a eu d’attitudes incorrectes ». Journaliste sportif pour le quotidien uruguayen El País, Juan Pablo Romero a souvent croisé Diego Rolan : « Avec la presse aussi, il a toujours été respectueux ».

Absent pour la rentrée

Pourtant, ces derniers jours, l’attaquant a causé du souci aux Girondins. Alors que les hommes de Jocelyn Gourvennec reprenaient l’entraînement ce dimanche, le joueur, lui, était resté en Uruguay, ce qui a provoqué la colère du président du club.

« Ce n’est pas agréable mais c’est une demi-surprise avec les Sud-Américains, expliquait Jean-Louis Triaud à Sud Ouest. Il a soi-disant des excuses, un passeport à refaire de façon urgente. Je ne sais pas pourquoi il a attendu début janvier et ne l’a pas fait plus tôt quand il était là-bas. On ne va pas se taper la tête contre les murs. Il sera sanctionné et basta. »

>> A lire aussi : Rolan absent pour la reprise à cause d'une agression visant ses parents

Sur Twitter, le joueur n’a pas tardé à donner une autre justification à son absence, photo à l’appui. Il y explique que ses parents ont été « victimes d’une agression pour la deuxième fois dans le même mois », raison qui l’aurait poussé à prolonger son séjour jusqu’à ce mardi.

« Comme tous les jeunes, il est inégal »

Depuis le début de la saison, Diego Rolan a donné plusieurs images de lui. Buteur hors pair de temps à autre (notamment contre Lorient), il fait aussi preuve de beaucoup d’impulsivité sur le terrain, ce qui lui a valu un carton rouge lors de la 5e journée.

« Comme tous les jeunes, il est inégal », explique Juan Ahuntchain qui l’a connu à ses débuts au centre de formation du Defensor Sporting. Pour l’entraîneur uruguayen, « il a plus de pression depuis qu’il joue en France car il doit se battre pour avoir l’opportunité d’être titulaire ».

Son ancien coach l’affirme : « Dans le futur, il pourrait faire partie des plus grands joueurs de notre pays. Mais pour ça, il faut qu’il s’adapte à un professionnalisme plus exigeant en France. Il doit se mettre dans les conditions pour jouer au meilleur niveau. »

Jouer sur l’orgueil

 Lors de la 12e journée, Diego Rolan avait eu une réaction d’orgueil en inscrivant un but quelques minutes après son entrée sur le terrain, alors qu’il était remplaçant. « Il était un peu déçu d’être sur le banc surtout que je ne lui en avais pas parlé avant. Mais il a apporté la meilleure des réponses », avait alors estimé Jocelyn Gourvennec.

« Ici, jamais il n’a vécu ce type de situation car on le faisait toujours jouer, raconte Juan Ahuntchain. Il ne s’est jamais montré orgueilleux mais il faut savoir l’accompagner. Il a une personnalité facile : si on lui parle, il comprend les choses. »

>> A lire aussi : Alors, qui est le joueur le mieux payé de chaque club du championnat ?