Nouvelle-Aquitaine: Un projet d'énergie houlomotrice pour le port de Bayonne

ENERGIES La région Nouvelle-Aquitaine et l'Eurorégion Aquitaine-Euskadi présentent ce mercredi matin leurs nouveaux projets pour le développement des énergies marines renouvelables...

Mickaël Bosredon

— 

Des vagues frappent Biarritz, le 3 mars 2014.
Des vagues frappent Biarritz, le 3 mars 2014. — Bob Edme/AP/SIPA

Le conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine etl’Eurorégion Aquitaine-Euskadi présentent ce mercredi matin, à Bayonne, leurs projets sur les énergies marines renouvelables. La côte de l’Eurorégion avec ses 870 km représente « un lieu de choix pour le développement de projets de production d’énergie marine, notamment grâce à la ressource de la houle et des courants estuariens », indique le conseil régional à 20 Minutes.

>> A lire aussi : Hydrolien et éolien flottant: Royal lance les appels d'offres pour des fermes commerciales

Parmi ces projets, figure un système houlomoteur pour le port de Bayonne. L’Agglomération Côte Basque-Adour souhaite en effet se positionner sur l’économie de l’océan au travers d’ un site technopolitain, « Ocean Start », dédié aux technologies de l’Océan. L’agglomération s’est ainsi engagée auprès des services du port de Bayonne pour le développement de l’énergie houlomotrice ( production d’électricité avec la force des vagues) sur son territoire.

Un potentiel houlomoteur équivalent à 200 barrages hydrauliques

Elle s’est associée au projet BlueSare. Porté par Cluster de Energia, Bluesare va notamment préparer « une publication dédiée à l’offre eurorégionale pour le houlomoteur, dans le but de monter un projet collaboratif transfrontalier pour l’implantation d’un système autour de la digue nord de Bayonne. »

>> A lire aussi : Oléron: Des éoliennes offshore à l'horizon 2023

Le potentiel énergétique houlomoteur en Nouvelle-Aquitaine est estimé à plus de 4.600 MW (autant que 200 barrages hydrauliques). « La structuration de cette filière d’avenir est en cours et fait figure de moteur de développement économique, explique la région. Toutes les projections pointent une accélération très forte et le décollage imminent du secteur, d’où les enjeux en termes de développement industriel et d’emploi. Aujourd’hui, ces technologies émergentes sont au stade d’expérimentation, et demeurent encore chères. C’est de leur capacité à faire baisser les coûts que dépendra leur compétitivité. »

Intégration des projets dans l’environnement

Les enjeux de développement portent aussi sur l’intégration de ces projets dans l’environnement. Energie de la Lune, cabinet d’ingénierie spécialisé dans les énergies marines renouvelables et le génie océanographique, porte déjà à Bordeaux le projet Seeneoh (Site expérimental estuarien national pour l’essai et l’optimisation d’hydroliennes). Installé à l’aval du pont de pierre sur 7 ha, il propose aux industriels des tests d’hydroliennes en conditions réelles. Avec son nouveau projet « Acoustic Around Ocean Energy », Energie de la Lune veut « mieux comprendre les interactions des convertisseurs d’énergies marines renouvelables avec leur environnement d’accueil. »

>> A lire aussi : Bordeaux: Une hydrolienne sur la Garonne vient de produire ses premiers kilowatts

Les convertisseurs en énergies marines renouvelables s’insèrent dans des environnements dynamiques qui sont sources de bruits. « Il conviendra donc de bien caractériser à la fois le bruit ambiant mais aussi les missions sonores produites par tout type de convertisseurs en fonctionnement. »

Energie de la Lune effectuera ses essais, notamment, sur le site BIMEP (Biscay Marine Energy Platform), infrastructure de tests des convertisseurs d’énergies marines, située au large de la côte d’Armintza au Nord de l’Espagne.