Bordeaux: «La Grande Poste», un nouveau lieu culturel ouvert à tous

SPECTACLES Dans l'ancienne Poste principale de Bordeaux, un joli bâtiment Art Déco, a ouvert un nouvel espace événementiel avec restaurant qui se veut ouvert sur la ville...

Mickaël Bosredon

— 

« La Grande Poste Espace Improbable » a ouvert ses portes le 15 novembre 2016, dans l'ancienne Poste principale de Bordeaux, un bâtiment Art Déco des années 1920
« La Grande Poste Espace Improbable » a ouvert ses portes le 15 novembre 2016, dans l'ancienne Poste principale de Bordeaux, un bâtiment Art Déco des années 1920 — M.Bosredon/20Minutes

Ce qui frappe en entrant dans le bâtiment, c’est l’espace. Cette hauteur sous plafond. Le nouveau lieu culturel bordelais, attendu depuis des mois, « La Grande Poste Espace Improbable », a ouvert ses portes fin novembre dans les locaux Art Déco de l’ancienne Poste principale de Bordeaux, rue du Palais Gallien.

Les architectes Corinne Page et Jean-Louis Valadié se sont merveilleusement servis de ces volumes pour y installer en rez-de-chaussée un restaurant, un bar et une scène, et à l’étage des échoppes, dans lesquelles des créateurs vont se succéder tous les mois.

« La Grande Poste Espace Improbable » propose des échoppes en mezzanine, où des créateurs se succèdent tous les mois
« La Grande Poste Espace Improbable » propose des échoppes en mezzanine, où des créateurs se succèdent tous les mois - M.Bosredon/20Minutes

« Je voulais un endroit où tout le monde se sente à l’aise »

« C’est exactement ce que je voulais, explique la patronne des lieux Maryline Minault : un lieu multiculturel, multicartes, parce que ça n’existe pas à Bordeaux, et parce que je voulais un endroit où tout le monde se sente à l’aise, qui ne cloisonne pas. »

Cette Médocaine d’origine dirigeait jusqu’en 2014 une importante société d’informatique médicale à Soulac-sur-Mer. « Mais je m’intéresse à la culture – au théâtre et à la peinture notamment – depuis longtemps, et cela faisait un moment que j’avais cette envie d’avoir un lieu à moi. »

Maryline Minault est la créatrice de « La Grande Poste Espace Improbable » à Bordeaux
Maryline Minault est la créatrice de « La Grande Poste Espace Improbable » à Bordeaux - M.Bosredon/20Minutes

Maryline Minault a des idées très tranchées sur l’endroit qui pourrait lui convenir. « Je recherchais quelque chose ressemblant à un théâtre à l’italienne. J’ai visité beaucoup, beaucoup d’endroits… Et puis un jour une agence immobilière m’a dit qu’elle avait peut-être trouvé ce que je voulais. Effectivement, ça a collé tout de suite ! »

Un investissement de 6 millions d’euros

Les choses s’enchaînent alors très vite et Maryline Minault, avec ses cinq garçons, se lancent dans une course effrénée pour pouvoir ouvrir en novembre 2016. « Il a fallu mener les travaux dans un quartier très résidentiel, ce qui a été difficile car je ne souhaitais pas que le chantier perturbe le voisinage. » L’investissement total pour ce projet est conséquent : 6 millions d’euros.

>> A lire aussi : La base sous-marine de Bordeaux va subir un petit lifting

Le concept est, lui, rapidement établi : une salle de spectacle avec un restaurant. Les fourneaux sont confiés à Christophe Cappi, ancien chef du restaurant Aux milles saveurs à Arcachon. La programmation des artistes revient à Maxime Minault. « Sur scène, l’idée est de présenter le plus de choses possibles, explique-t-il, on veut que ce soit un lieu en perpétuel changement. Il y aura du théâtre, du one-man-show, des concerts, du cabaret… » Et des artistes régionaux en majorité. Une quarantaine de spectacles différents sont déjà programmés d’ici à avril 2017.

« La Grande Poste Espace Improbable » à Bordeaux est dotée de 150 couverts, midi et soir, du mardi au dimanche
« La Grande Poste Espace Improbable » à Bordeaux est dotée de 150 couverts, midi et soir, du mardi au dimanche - M.Bosredon/20Minutes

Les débuts de ce nouvel espace culturel sont « très encourageants » assure Maryline Minault, alors même que les spectacles n’ont débuté que le 3 décembre. « La Grande Poste » vaut de toute façon le coup d’œil, même si on ne s’y attable pas. Car, oui, c’est un lieu ouvert que l’on peut visiter sans être obligé de consommer.