Bordeaux: L'immeuble de bureaux évacué après des malaises restera fermé

SANTE La présence de divers composés organiques volatils (COV) incite le conseil départemental à ne pas réintégrer immédiatement les personnels…

Mickaël Bosredon

— 

L'immeuble Croix du palais à Bordeaux Mériadeck
L'immeuble Croix du palais à Bordeaux Mériadeck — conseil départemental

Après la série de malaises, l’immeuble de bureaux ne rouvrira pas de suite. Après les incidents survenus en début de semaine au sein de l’immeuble « Croix du palais » dans le quartier Mériadeck à Bordeaux, qui abrite des services du conseil départemental, le Département avait diligenté une entreprise spécialisée (Grease/Kelair) pour effectuer des prélèvements et des analyses de l’air ambiant.

>> A lire aussi : Bordeaux: Un immeuble de bureaux condamné après plusieurs malaises dans les locaux

Les premiers retours du laboratoire parvenus vendredi « ont montré une présence de divers composés organiques volatils (COV) très légèrement supérieure aux seuils recommandés, qui explique l’atmosphère inconfortable et les symptômes observés (picotements ou gênes respiratoires ressentis par certaines personnes) » indique le conseil départemental.

Sans doute un phénomène de « relargage », lié aux émanations des mobiliers neufs

Les sources de l’incident restent encore à déterminer. « Elles sont cependant probablement liées aux émanations des matériaux et/ou des mobiliers neufs. Ce phénomène courant, appelé « relargage », s’est vraisemblablement trouvé amplifié par la mise en chauffe du bâtiment en période hivernale. » En application « du principe de précaution », le conseil départemental a pris la décision de ne pas réintégrer les agents au sein du bâtiment.

Dans un premier temps, une hyper-ventilation et une surchauffe du bâtiment devraient permettre d’accélérer le « phénomène de relargage » des différents matériaux (peinture, revêtements de sols, colles…) et ainsi favoriser l’évacuation naturelle des particules.

Relogement prolongé

L’entreprise Grease/Kelair va installer des capteurs dans le bâtiment afin de mesurer en temps réel l’évacuation des Composés Organiques Volatils.

Les agents ne réintégreront l’immeuble « Croix du Palais » qu’après la réalisation de nouvelles analyses à tous les étages attestant de la bonne qualité de l’air ambiant. Dans l’attente, le relogement temporaire des agents est prolongé.