Poitou-Charentes: Royal estime ses comptes validés, un rapport semble dire l'inverse...

FINANCES L’ex-présidente de la région Poitou-Charentes, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, affirme que le rapport de la Chambre régionale des comptes confirme sa bonne gestion de l’ancienne région. Une lecture un peu rapide ?

M.B. avec AFP
— 
Ségolène Royal à la conférence Women4Climate à Mexico le 2 décembre 2016
Ségolène Royal à la conférence Women4Climate à Mexico le 2 décembre 2016 — Carlos Tischler/Shutter/SIPA

La ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, estime que la gestion de l’ex-Région Poitou-Charentes, qu’elle présida de 2004 à 2014, était validée dans un rapport de la Chambre régionale des Comptes (CRC). Mais la commission des Finances de la nouvelle Région Nouvelle-Aquitaine en fait une interprétation toute autre…

« Je suis très contente des résultats de ce rapport (…) qui clarifie les choses, démonte les accusations vraiment diffamatoires qui ont été faites pour détruire et pour abîmer », a affirmé Ségolène Royal.

Un rapport qui sera débattu en séance plénière

Le rapport, dont les parties ont eu connaissance, mais qui n’a pas encore été rendu public, doit être débattu en séance plénière de l’assemblée régionale le 19 décembre, a-t-on indiqué auprès de la Région Nouvelle-Aquitaine.

« Le mot Poitou-Charentes a été jeté en pâture et mis en accusation » a-t-elle insisté, visant l’exécutif de la nouvelle région présidée par Alain Rousset, socialiste comme elle. La commission des Finances de la région avait en avril cloué au pilori la situation financière de l’ex-Poitou-Charentes, sur la base d’une étude du cabinet Ernst & Young (EY).

Pour Ségolène Royal, la Chambre des comptes considère que « le processus budgétaire de la région n’était ni irrégulier ni générateur d’insécurité » et « qu’aucune facture n’a été laissée à la nouvelle Région Aquitaine. » « Le trou dans les caisses n’existe pas, il y a même du potentiel transféré », a-t-elle martelé plus tard dans la journée en conférence de presse à Poitiers.

« Ce rapport confirme une dégradation forte des indicateurs budgétaires »

C’est à se demander en tout cas si Ségolène Royal et Alain Rousset ont lu le même rapport ! Le vice-président PS de la Commission des Finances de Nouvelle-Aquitaine, le député Florent Boudié, réfute en effet cette analyse de Ségolène Royal. Le rapport de la CRC, a-t-il assuré, « confirme en tous points le constat que nous avons fait quand nous avons pris la responsabilité de la nouvelle région : c’est-à-dire une dégradation forte des indicateurs budgétaires de l’ex-Poitou-Charentes. »

« Les 46 millions d’euros de dettes toxiques sont confirmés et nous avons dû décaisser 132 millions d’euros pour faire face aux impayés », a fait valoir ce proche d’Alain Rousset.

44 millions de trésorerie ? « Le fruit d’un endettement, non d’une bonne gestion »

Il a notamment réfuté « 44 millions d’euros de trésorerie » mis en avant par Ségolène Royal et qui, pour lui, sont « en réalité le fruit d’un endettement et non d’une bonne gestion financière. »

Quant aux « 270 millions de recettes fiscales potentielles » évoqués par l’ex-présidente, « c’est en réalité la TICPE (Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) qui n’a pas été levée par l’ex-Poitou-Charentes », selon Florent Boudié. « Drôle de façon de considérer qu’il revient aux autres la responsabilité de lever l’impôt que l’on n’a pas su assumer soi-même », a-t-il conclu.