Dordogne: Qui étaient les hommes qui ont peint la grotte de Lascaux?

PATRIMOINE Un archéologue, spécialiste de la grotte, nous explique qui étaient les hommes qui ont peint les fresques de Lascaux, il y a 20.000 ans environ...

Elsa Provenzano

— 

Dans l'atelier de Lascaux, une visite pédagogique permet de mieux appréhender l'art pariétal.
Dans l'atelier de Lascaux, une visite pédagogique permet de mieux appréhender l'art pariétal. — E.Provenzano/20 MInutes

Lascaux IV aussi appelé centre international de l’art pariétal est inauguré ce samedi par le président de la République. Le public pourra découvrir la réplique quasi intégrale de la grotte originale, découverte en 1940, et les modules pédagogiques qui permettent de mieux appréhender les détails de Lascaux et son histoire, à partir du 15 décembre. Lascaux IV a été lancé pour permettre de sanctuariser la colline, qui abrite la grotte originale et Lascaux II.

>> A lire aussi : VIDEO. La grotte de Lascaux en images, avant son ouverture au public le 15 décembre

Comment vivent les « peintres » de Lascaux ?

Les hommes qui ont peint la grotte de Lascaux il y a 20.000 ans, « lors du dernier maximum glaciaire » précise Jean-Pierre Chadelle, archéologue au conseil départemental de la Dordogne et chercheur à l’université de Bordeaux, étaient des chasseurs-cueilleurs. « Ils ont fréquenté des grottes mais ils habitent dans des abris en plein air. On peut en voir des vestiges dans tout le grand Sud-Ouest. »

>> A lire aussi : La billetterie en ligne pour découvrir Lascaux IV est ouverte

Pourquoi représentent-ils essentiellement des animaux ?

Ils n’ont pas encore domestiqué d’animaux pour l’élevage donc ils chassent, principalement des rennes, des chevaux sauvages et des bovidés. Ils se nourrissent de ses bêtes, principalement des chevaux et c’est la raison pour laquelle ils sont nombreux à orner la grotte. Mais les tendons, les os de ces animaux sont aussi utilisés pour fabriquer des outils. Ces animaux sont donc au centre de leur vie. « Ils vivent sur une prédation du milieu mais avec respect. Ils vivent alors en équilibre avec leur environnement. »

130 lampes à graisse ont été retrouvées par les archéologues. Elles ont servi à éclairer les peintres de Lascaux.
130 lampes à graisse ont été retrouvées par les archéologues. Elles ont servi à éclairer les peintres de Lascaux. - E.Provenzano/20Minutes

Il n’y a pas que des animaux dans cette grotte, la scène du puits met en scène un énigmatique homme à tête d’oiseau (le seul parmi un bestiaire de 615 animaux) et des symboles géométriques que les spécialistes ont interprété de différentes manières.

Comment peignent-ils ?

« On ne descend pas dans une grotte comme celle-là pour peindre par hasard. C’est une œuvre collective qui compose un ensemble, explique l’archéologue. On a retrouvé 130 lampes à graisse sur le site car il faut bien s’éclairer pour peindre ». Les peintres construisent certainement des sortes d’échelles sommaires pour orner les plafonds. Ils utilisent des os d’oiseaux comme aérographes et ont recours à des pigments naturels qui offrent des contrastes étonnants. « Il n’y a pas de reprise sur leurs tracés et on note une grande précision dans le soufflage », s’émerveille l’archéologue, qui parle d’une « maturité artistique » remarquable.

Les hommes qui ont peint ces fresques ne vivaient pas dans des grottes mais dans des abris construits à l'air libre.
Les hommes qui ont peint ces fresques ne vivaient pas dans des grottes mais dans des abris construits à l'air libre. - E.Provenzano/20Minutes

On sait que la grotte de Lascaux était un lieu social puisque des traces d’enfants ont par exemple été retrouvées sur le site. « C’était une société harmonieuse, basée sur la solidarité », assure Jean-Pierre Padelle.

>> A lire aussi : La première réplique complète de la grotte de Lascaux est née à Montignac

Et pourquoi dessinaient-ils ?

La raison pour laquelle cette cavité a été ornée avec autant de soins par nos ancêtres reste un mystère. « Nous n’avons pas les moyens de découvrir le pourquoi. Nous nous intéressons au comment », sourit Jean-Pierre Padelle.