Bordeaux: Une nécropole antique qui va devenir «un site de référence en France» mise au jour

ARCHEOLOGIE Des centaines de sépultures ont été découvertes sur le site de l'ancien commissariat Castéja, dans le centre ville de Bordeaux...

E.P. avec AFP
— 
Une nécropole antique a été découverte lors de fouilles sur le chantier de l'ancien commissariat Castéja à Bordeaux
Une nécropole antique a été découverte lors de fouilles sur le chantier de l'ancien commissariat Castéja à Bordeaux — GEORGES GOBET / AFP

Une nécropole antique qualifiée d'« exceptionnelle », avec plus d'une quarantaine de fosses renfermant des centaines de squelettes, a été mise au jour dans le centre de Bordeaux,sur le site de l'ancien commissariat Castéja. 

Le bailleur social Gironde Habitat est devenu propriétaire des lieux à l'automne 2014 et y porte un projet immobilier qui doit aboutir d'ici 2020. Des fouilles archéologiques préventives ont été lancées avant ce chantier. 

« C'est un site exceptionnel qui va devenir un site de référence en France pour le monde scientifique spécialisé dans l'Antiquité», a affirmé Xavier Perrot, du Bureau d'investigations archéologiques Hades. « On a un ensemble très rare en France, avec plus d'une quarantaine de fosses et de nombreux individus à l'intérieur (...) C'est connu pour des époques plus récentes mais pas à l'époque antique. Il y a trois ou quatre sites en France mais pas de cette ampleur», a-t-il précisé.

300 squelettes retrouvés

Une des hypothèses est que ces sépultures puissent être liées à l'époque de la peste de Justinien (pandémie qui a sévi en Europe à partir du VIe siècle), « qui est connue dans les textes, pas dans les fouilles », a expliqué l'archéologue.

Datant de la période entre la fin de l'Antiquité et le début du haut Moyen-Age, cette nécropole comprend une grande diversité de sépultures typiques de l'époque antique avec des tombes en tuile et des sépultures en amphore pour inhumer les bébés. Des tombes en pleine terre ainsi que des traces de contenants en bois, des coffrages en brique et en tuile ont été découverts.

Jusqu'à présent, 300 individus ont été retrouvés dans cette nécropole antique depuis le début des fouilles en novembre, organisées en raison d'un projet immobilier. «Ce chiffre va sans doute doubler», a prédit Xavier Perrot. Sur le site des fouilles ont aussi été retrouvés deux sarcophages mérovingiens ainsi que des objets, comme des pièces de monnaie.

« C'est une opération importante. On voit l'évolution de la trame urbaine et les transformations des modalités d'inhumation avec des sépultures en terre, en coffre, des sarcophages, un espace funéraire qui évolue avec un fossé, des sépultures multiples », a souligné Nathalie Fourment, conservatrice régionale de l'archéologie à la Direction régionale des Affaires culturelles (Drac).

Bien délimitée, cette nécropole du bas empire est une extension de la nécropole de Saint-Seurin, limitrophe et bâtie avant l'église.