Primaire de la droite: Calmels-Chartier, le couple peut enfin se révéler au grand jour

POLITIQUE La campagne de la primaire à droite terminée, Virginie Calmels, soutien d'Alain Juppé, et Jérôme Chartier, proche de François Fillon, vont pouvoir vivre leur histoire au grand jour...

Mickaël Bosredon
— 
Soutien d'Alain Juppé, Virginie Calmels est en couple avec Jérôme Chartier, le filloniste
Soutien d'Alain Juppé, Virginie Calmels est en couple avec Jérôme Chartier, le filloniste — WITT/SIPA

On se dit que ça n’a pas dû être évident tous les jours entre eux. Mais eux assurent qu’il n’y a jamais eu le moindre problème. Virginie Calmels, l’adjointe d’Alain Juppé, est en effet en couple avec le député du Val d'Oise Jérôme Chartier, soutien et porte-parole de… François Fillon.

« Lui comme moi, nous avons une qualité que personne ne pourra nous contester, cela s’appelle la loyauté. Cette situation ne pose donc aucun problème » assurait-elle à Sud Ouest il y a quelques jours.

Ce lundi dans Le Parisien, on en apprend un peu plus sur le début de leur relation, qui a vraiment commencé en janvier 2016. « Ils sont chacun allés voir Juppé et Fillon pour leur annoncer cette relation. Ça s’est bien passé. Ils étaient soulagés d’avoir crevé l’abcès. Ce qui ne les a pas empêchés de rester très discrets… » rapporte un proche du couple.


Soir de tension le 20 novembre

Mais ils ne nient pas que leur idylle a créé quelques situations cocasses. Un soir, « j’étais sur BFM TV juste avant lui sur le plateau de Ruth Elkrief et il est intervenu dix minutes après moi, raconte Virginie Calmels à Sud Ouest. Et, à midi, je faisais les Grandes Gueules, sur RMC, et lui était sur Europe 1, juste avant Alain Juppé. Voilà, il est vrai que cette situation est, disons… un peu amusante. »

Cela aurait pu dégénérer, surtout entre les deux tours. La tension est montée d’un cran dimanche 20 novembre, au soir du premier tour, assure Le Parisien, lorsque Virgnie Calmels menace Alain Juppé de quitter son staff si la campagne devient trop violente avec le camp adverse.

L’élection terminée, tout va pouvoir rentrer dans l’ordre. « Je suis Fillon compatible », dit même Virginie Calmels à ses proches. Ce qui n’a pas manqué de faire réagir la députée bordelaise (PS) et ancienne ministre Michèle Delaunay…