Bordeaux: La collection du petit hôtel Labottière dispersée pour près d'un million d'euros

PATRIMOINE La collection XVIIIème siècle de ce monument bordelais classé, a été vendue samedi par la Maison Briscadieu. Quelques enchères se sont envolées...

Mickaël Bosredon

— 

L'hôtel particulier Labottière, à Bordeaux
L'hôtel particulier Labottière, à Bordeaux — Briscadieu

La Maison de ventes Briscadieu a dispersé samedi la collection du Petit Hôtel Labottière. Une vente qui a suscité un « vif intérêt auprès des amateurs bordelais et collectionneurs internationaux. » On a assisté « à de belles enchères dans la salle, par téléphone et sur Internet. Le produit total s’élève à 960.000 euros (frais compris), soit le double des estimations basses, avec 100 % de lots vendus », se félicite la Maison de ventes.

>> A lire aussi : Pays Bas: Un poème d'Anne Frank vendu 140.000 euros aux enchères

L’enchère la plus élevée s’est portée sur le lot 148, une grande armoire d’époque Louis XIV en marqueterie de laiton sur fond d’ébène et panneaux en laque de Chine du XVIIIème siècle, qui s’est envolée à 128.100 euros sur une estimation de 20/30 000 euros.

Un tableau de Van Veen dit Vaenius vendue 32.940 euros

Citons également le mobilier de salon en bois redoré d’époque Louis XVI, composé de six fauteuils, deux bergères et un canapé, qui a été vendu 46.360 euros. En ce qui concerne le domaine pictural, une toile Allégorie à la gloire d’Alexandre Farnèse par Otto Van Veen dit Vaenius a été vendue 32.940 euros.

Cette toile d'Otto van Veen sera mise aux enchères à Bordeaux. Elle est estimée entre 30.000 et 40.000 euros
Cette toile d'Otto van Veen sera mise aux enchères à Bordeaux. Elle est estimée entre 30.000 et 40.000 euros - Briscadieu

Une paire de toiles cintrées à oreilles en haut et en bas, Fleurs dans un parc à l’Antique (Ecole turinoise du XVIIIème siècle) a atteint la somme de 31.720 euros. Deux importants miroirs en bois doré d’époque George III, réalisés vers 1765, dans le goût de Thomas Johnson ont trouvé preneur à 25.620 euros alors qu’un cartel d’époque Régence, aux Parques en marqueterie d’écaille et laiton, obtenait 29.280 euros.

Un site classé aux Monuments historiques

Edifié par l’architecte François Lhote (Bordeaux 1743-Paris 1808) entre 1784 et 1786 pour Etienne Labottière (1739-1803), fils d’imprimeur et riche bourgeois célibataire bordelais, le petit hôtel Labottière est ensuite devenu la propriété de la famille Korber. « C’était un hôtel particulier, donc le lieu de résidence de la famille, mais elle avait aussi aménagé trois chambres d’hôtes de luxe dans le fond du jardin. »

>> A lire aussi : Enchères: Un demi-million d'euros pour un tronçon d'escalier de la Tour Eiffel

Classé aux Monuments Historiques, l’édifice implanté près du jardin public était régulièrement ouvert aux visites lors des Journées du Patrimoine.

Une vente contestée

Cette vente était contestée par François Korber, fils aîné des anciens propriétaires. « Je n’ai pas été informé officiellement de cette vente et je ne l’ai donc pas autorisée, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse 48 h avant la vente. Or, j’ai vu mon père constituer cette collection pièce après pièce au fil de mon enfance. Le Petit Hôtel Labottière et ses meubles et objets d’art, sont uniques au monde. On vient les visiter du monde entier, et je ne peux pas accepter qu’ils disparaissent. Je ferai donc tout pour les sauver. »