Nouvelle Aquitaine: Un coup de pouce pour les jeunes pousses

INNOVATION Trente-quatre start up de la Nouvelle Aquitaine ont été sélectionnées dans le nouvel appel à projets « Prototypage numérique » du conseil régional...

Mickaël Bosredon

— 

La plupart des projets soutenus par la région concernent des applications pour tablettes ou téléphones
La plupart des projets soutenus par la région concernent des applications pour tablettes ou téléphones — CLOSON DENIS/ISOPIX/SIPA

Basée à Urcuit (Pyrénées-Atlantiques), Tralalère, avec son projet Mobivisite, veut créer un outil numérique mobile pour faire vivre la culture et le patrimoine de la région auprès des enfants et de leurs éducateurs. Fabzat, à Bègles, veut créer un moyen simple de scanner en 3D un visage d’humain afin d’en sortir un modèle utilisable dans des applications, des jeux vidéo… Toot, à Cenon, allie la technologie, la mobilité et le service personnalisé dans le secteur de l’optique pour des essayages virtuels de lunettes, puis une prise de rendez-vous avec l’opticien et l’orthoptiste qui se déplacent à domicile.

>> A lire aussi : A Bordeaux, Sunna design déploie ses lampadaires solaires et connectés

Toutes ces start-up issues de la Nouvelle Aquitaine ont été sélectionnées par l’appel à projet « Prototypage numérique » du conseil régional. En tout, 34 entreprises ont été retenues, sur 153 dossiers présentés. L’enveloppe globale débloquée par la région est de 1,6 million d’euros.

Un effet de levier pour la mise sur le marché du produit

« C’est la preuve de l’efficacité des outils que nous avons mis en place » se félicite Mathieu Hazourd, conseiller régional délégué à l’économie numérique et au Très haut débit.

>> A lire aussi : Les start-up à la rencontre des grands groupes

Les sommes débloquées, en moyenne 50.000 euros par projet, vont servir à certaines entreprises en phase d’amorçage, à franchir un cap en « vérifiant la pérennité de leur projet » explique Mathieu Hazourd. Pour les start-up plus avancées, « cela peut les aider à aller conquérir de nouveaux marchés. » C’est dans tous les cas un effet de levier pour la mise sur le marché du produit.

Le critère principal : l’innovation

Les critères de sélection des lauréats ont porté essentiellement sur l’innovation. « Nous avons aussi regardé la question des retombées économiques, la viabilité des projets, et l’interopérabilité, à savoir si le projet pouvait être réutilisé dans un autre secteur. »

Plusieurs domaines, comme la silver économie, l’édutainment ou les transports intelligents, ont été ciblés.