Migrants: La moitié des mineurs accueillis à Fouras n'ont pas voulu rester

RÉFUGIÉS Sur une vingtaine de mineurs migrants accueillis dans un centre de Charente-Maritime, une dizaine sont déjà repartis...

Olivier Aballain

— 

Le centre de séjour de Fouras (Charente-Maritime)
Le centre de séjour de Fouras (Charente-Maritime) — Google Street View

Sitôt arrivés, sitôt repartis, ou presque. Le journal Sud-Ouest rapporte que onze des 22 migrants mineurs, accueillis la semaine dernière dans un centre de séjour à Fouras (Charente-Maritime), ont déjà quitté les lieux.

>> A lire aussi : Calais: «Si les migrants reviennent dans quinze jours, cela ne sert à rien de raser leurs tentes...»

Les réfugiés étaient arrivés sur place en provenance de la région de Calais, à la suite de l’évacuation du camp de fortune, surnommé la « jungle », où plusieurs milliers de migrants étaient massés.

« Au téléphone avec des gens qui sont en Angleterre »

Mais dès le vendredi matin, deux mineurs avaient pris la poudre d’escampette. Et pour cause, selon la maire de Fouras : « On les a éloignés du but qu’ils veulent atteindre ».

De plus, la direction du centre n’avait pas les moyens de s’opposer aux départs. Les locaux, qui servent habituellement de centre de vacances, sont gérés par le réseau associatif de la Ligue de l’enseignement.

>> A lire aussi : Calais: Pourquoi Cazeneuve en appelle aux Anglais sur les mineurs

Dadou Kehl, son président pour le Poitou-Charentes, rappelle que l’association « ne dirige pas un centre de rétention », et indique que les animateurs n’ont pas « autorité » pour empêcher les sorties. Lui non plus n’est pas étonné par les « fuites » à répétition : « Certains sont en permanence au téléphone avec des gens qui sont en Angleterre ».