Gironde: Un détenu retrouvé pendu à la prison de Gradignan

PRISONS Il a été découvert par son co-détenu…

Olivier Aballain

— 

Gradignan, 29 janvier 2013. - La facade d'entree de la Maison d'arret de Gradignan. Photo : Sebastien Ortola
Gradignan, 29 janvier 2013. - La facade d'entree de la Maison d'arret de Gradignan. Photo : Sebastien Ortola — S. ORTOLA / 20 MINUTES

C’est son co-détenu qui l’a découvert. Un homme de 39 ans, détenu à la prison de Bordeaux-Gradignan, s’est suicidé dimanche après-midi dans sa cellule.

Il a été retrouvé pendu vers 16h, à l’heure où se déroule la promenade, précise le journal Sud-Ouest, qui a révélé l’information ce lundi.

La maison d’arrêt de Bordeaux-Gradignan, construite en 1967, est le plus gros établissement de la direction interrégionale des services pénitentiaires de Bordeaux, et aussi le plus surpeuplé.

Détenus en attente de jugement, ou condamnés à de courtes peines

Avec un taux d’occupation de 183,1 % (641 détenus pour 354 places), Bordeaux-Gradignan se situait, au 1er octobre, au douzième rang (sur 86) parmi les maisons d’arrêt les plus surpeuplées de France. La densité moyenne française, dans ces établissements, est de 137 %

>> A lire aussi : Gironde: La construction de places à la maison d'arrêt de Gradignan va t-elle avoir lieu?

On ne sait pas pour quelle cause le détenu était incarcéré. En France, les maisons d’arrêt accueillent uniquement les personnes emprisonnées en attente d’un jugement (détention provisoire), ou dont la durée d’incarcération n’excède pas un an.