Nouvelle-Aquitaine: Royal menace de porter plainte contre Rousset pour diffamation

FINANCES L'ex-présidente de la région Poitou-Charentes demande des « excuses » au président de la Nouvelle Aquitaine, concernant ses accusations sur le supposé déficit de l'ancienne région de la ministre de l'Environnement...

M.B.
— 
Ségolène Royal au Salon de l'automobile le 1er octobre 2016.
Ségolène Royal au Salon de l'automobile le 1er octobre 2016. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Le ton monte entre Ségolène Royal et Alain Rousset. Ce mercredi, Le Canard Enchaîné révèle que la ministre de l’Environnement, par le biais de son avocat, a envoyé un courrier au président de la région Nouvelle-Aquitaine, dans lequel elle conteste le sérieux  . Une étude menée par Ernst & Young, et qui avait conclu par un déficit de 132 millions d’euros de la collectivité…

Ségolène Royal a en effet pris connaissance, fin août, d’un rapport de la Chambre régionale des Comptes, qui sera prochainement rendu public, dans lequel il serait fait état d’une « trésorerie positive de 44 millions d’euros transmis à la Nouvelle-Aquitaine. » « Les reports de charges sont, quant à eux, évalués entre 15 et 30 millions d’euros, loin des montants publiquement avancés. » Enfin, le rapport soulignerait encore le transfert à la Nouvelle-Aquitaine des recettes de la taxe sur les carburants, « évalués à 46 millions d’euros par an, soit 276 millions d’euros. »

« Soit il stoppe ses méthodes ses méthodes inqualifiables et s’excuse, soit je porte plainte »

 la ministre de l’Environnement passe désormais à l’offensive. « Alain Rousset réitère régulièrement ces allégations, alors qu’il est lui-même en possession de ce rapport de la Chambre des Comptes. Trop, c’est trop ! Soit il stoppe ses méthodes inqualifiables et s’excuse, soit je porte plainte contre lui pour diffamation. » L’élue   contre des membres de l’opposition, notamment Dominique Bussereau.

Et l’ancienne présidente de Poitou-Charentes d’ajouter : « Tous ceux qui attaquent sans fondement devront prouver leurs allégations ou être sanctionnés (…) Prenons date à la sortie du rapport de la Chambre régionale des Comptes. »