Gironde: 66 migrants sont arrivés cette nuit de Calais

SOCIAL Ils ont été orientés vers les sites de Talence, Arès et Carcans...

Mickaël Bosredon

— 

Des migrants font la queue pour quitter la «jungle» de Calais, le 24 octobre 2016.
Des migrants font la queue pour quitter la «jungle» de Calais, le 24 octobre 2016. — AFP

Comme annoncé par la préfecture, la Gironde sera terre d'accueil pour une partie des migrants issus de la « jungle » de Calais. « Deux bus sont arrivés dans la nuit en Gironde. Quelque 66 migrants ont été accueillis dans trois centres d’orientation et d’accueil (CAO) du département » a indiqué ce mardi la préfecture.

>> A lire aussi : Gironde: Incendies volontaires contre un potentiel centre d'accueil pour migrants

Quarante-neuf personnes ont été orientées vers Talence, huit personnes ont été installées à Arès et neuf à Carcans. «Déjà la semaine dernière, 20 personnes dont 6 enfants avaient été accueillis à Carcans» précisent les services de l'Etat.

>> A lire aussi : Gironde: «300 migrants, ce n'est pas une invasion» rappelle Jean-Luc Gleyze

« Structures à taille humaine »

« Dans le cadre de cette opération, les services de l’État ont fait le choix de créer des structures d’accueil à taille humaine, identifiées en concertation avec les élus locaux pour garantir les meilleures conditions d’accueil à ces personnes fuyant les guerres et les persécutions. L’accueil de ces personnes relève de la solidarité nationale et répond à un objectif humanitaire permettant de mettre à l’abri des personnes qui se trouvaient à Calais en situation de grande précarité » ajoute la préfecture.

>> A lire aussi : Nouvelle-Aquitaine: 900 migrants venant de Calais accueillis à partir du 15 octobre

La présence des migrants dans ces centres d'accueil est « temporaire. » « Elle doit permettre aux acteurs associatifs de les aider à constituer un dossier de demande d’asile. Il sera procédé ensuite à leur réorientation dans le dispositif d’hébergement déjà existant, dédié aux demandes d’asile (centres d’accueil de demandeurs d’asile - CADA). »