VIDEO. Nouvelle Aquitaine: La région en pointe sur les robots d'assistance aux personnes âgées

INNOVATION Développé à Bidart, Kompaï est un robot-compagnon qui pourrait être commercialisé aux alentours des 5.000 euros d'ici à 2020...

Mickaël Bosredon

— 

Le robot d'assistance Kompaï
Le robot d'assistance Kompaï — Kompaï Robotics

Déambulateurs robotisés, aide à la marche, robots compagnons et d’assistances, robots de télé-présence… Les robots seront-ils les compagnons et assistants de demain pour vivre mieux et plus longtemps à domicile ? Un colloque, Silver Economie et Habitat, organisé ce mardi à Bordeaux par Logévie (groupe Aliance Territoires) et la ville de Bordeaux, réunit plusieurs spécialistes pour en débattre.

>> A lire aussi : Bordeaux: Une tête de pont pour lutter contre les maladies du cerveau

Depuis 2014, une filière régionale « Silver Aquitaine » a été lancée par le conseil régional. La région Nouvelle Aquitaine est particulièrement concernée par le vieillissement de la population, puisque 27 % de la population déjà est âgée de plus de 60 ans, soit la plus forte proportion de toutes les régions. Sur le territoire de l’ex-Aquitaine, la proportion de personnes de 75 ans et plus s’élève, de son côté, à 10 % de la population régionale et jusqu’à 12 % de la population des communes rurales.

Enjeu de société, le vieillissement est aussi un enjeu économique, puisque « la silver économie pourrait générer 300.000 créations d’emplois d’ici à 2020 en France », rappelle Michèle ­Delaunay, députée et ancienne ministre déléguée aux Personnes âgées.

>> A lire aussi : BORDEAUX - L'Aquitaine face aux défis pressants du vieillissement

Kompaï est capable de parler, gérer des agendas, donner l’alerte…

Le secteur des robots d’assistance fait partie des débouchés. Implantée à Bidart (Pyrénées-Atlantiques), la société Robosoft travaille depuis 2009 à la mise sur le marché de son robot Kompaï. Haut de 1,30 m et pesant 45 kilos, Kompaï est « conçu pour assister les personnes fragilisées et leurs aidants familiaux ou professionnels, physiquement et cognitivement, à domicile ou en établissement hospitalier, même si ces deux marchés ne sont pas tout à fait les mêmes » explique à 20Minutes Vincent Dupourqué, PDG de Robosoft et de Kompaï robotics.

Kompaï est ainsi capable de parler et d’échanger, comme une tablette tactile, aider une personne à se lever et à marcher, peut gérer des agendas, donne l’alerte - par exemple en cas de chute - et dispose même d’une fonction jeu. Il est directement connecté à un centre de télé-assistance. « Nous continuons à travailler sur différents paramètres, car il est toujours en phase de construction, poursuit Vincent Dupourqué. Par exemple nous lui intégrons des fonctions de coach sportif, de surveillance de la personne en cas de retour d’hospitalisation… »

« Des problématiques d’assurance, de maintenance et d’éthique se posent »

Chercheur à l’Institut des systèmes intelligents et de robotique (Isir), Mohamed Chetouani relève que si « technologiquement, on est capable aujourd’hui de développer des exosquelettes pour entraîner les personnes à faire des mouvements, la problématique repose davantage sur la complexité à interagir avec un être humain, ce qui est encore plus compliqué dans le cas d’une personne âgée. Et derrière, il se pose tout un tas de questions sur l’assurance - que se passe-t-il si le robot ne détecte pas une chute ? - de maintenance, et d’éthique. Truffé de micros et de caméras, le robot surveille la vie privée des gens, mais jusqu’où peut-il aller ? »

Un tarif pour le moment rédhibitoire pour les particuliers

Et puis, il y a le prix. Mohammed Chetouani estime à environ 10.000 euros le tarif pour un robot d’accompagnement « très simple » à ce jour. « Travailler le modèle économique avec les industriels est un véritable enjeu, pour faire en sorte que ces robots puissent être achetés. »

Kompaï se situe « aux alentours des 20-25.000 euros, indique Vincent Dupourqué, mais on se donne deux ans pour mettre sur le marché un produit aux alentours des 5.000 euros, soit le prix d’un lit médicalisé. » Le PDG explique être en phase de « pré-déploiement à ce jour : c’est comme un médicament qui sort du laboratoire, il faut l’essayer sur différents échantillons. »