Mérignac: Le déménagement de Thales sur son nouveau site a commencé

ECONOMIE Les 2.300 salariés de Pessac et du Haillan seront transférés sur leur nouvelle base d'ici à fin novembre...

Mickaël Bosredon

— 

Le nouveau site de Thales à Mérignac
Le nouveau site de Thales à Mérignac — Thales

Un déménagement hors norme pour un projet qui ne l’est pas moins. Le transfert des activités de l’industriel Thales, actuellement dispersées entre Pessac et Le Haillan, vers son nouveau site de Mérignac, a commencé au 1er octobre.

« Nous sommes déjà à 650 personnes arrivées sur le nouveau site, explique Pierre-Emmanuel Raux, directeur en charge de ce projet, et nos 2.300 salariés en Gironde auront tous déménagé d’ici à fin novembre. Nous monterons même à 2.600 personnes d’ici à avril 2017, puisque du personnel de Vélizy (Yvelines) est en train de nous rejoindre ici. »

>> A lire aussi : Thales et SES promettent du WiFi haut débit dans les avions d'ici 2020

Outre les activités de systèmes aéroportés (radars pour les patrouilles maritimes et le Rafale, cockpits et calculateurs), la nouvelle usine accueillera aussi la direction générale des activités avioniques et une partie des services pour l’aéronautique et la défense. Thalès a investi 200 millions d’euros pour ce nouveau site.

>> A lire aussi : Mérignac: Un montant record d'un milliard d'euros investi en 2016 sur la 2e ville de Gironde

Des bancs optiques ultra-précis à déplacer

Forcément, un tel déménagement ne se fait pas simplement. Assuré par la société Bovis, il en coûtera 1,5 million d’euros à Thales. « Le plus difficile n’est pas le transfert des personnels, mais celui de nos plateformes techniques. Nous avons 300 plateformes de Recherche et Développement à déplacer, notamment des bancs optiques aux réglages très fins, qui n’apprécient pas les voyages. » Quelque 10 à 15 camions réalisent ainsi chaque semaine la navette entre les anciens et le nouveau site.

La nouvelle plateforme de Mérignac, étalée sur 55.000 m2, a l’ambition de devenir « une vitrine nationale » pour l’industriel. « Nous voulons rapprocher les cultures des systèmes aéroportés et avioniques, pour davantage de synergie, et devenir une vitrine technique pour nos clients, à qui nous proposerons des parcours personnalisés pour qu’ils découvrent la chaîne de fabrication de leurs produits et les équipes qui les conçoivent. »

La configuration du bâtiment doit enfin permettre de mettre en place de nouvelles méthodes managériales. Avec un seul mot d’ordre : se tourner vers l’avenir.