Accident de Puisseguin: Un an après le terrible accident, la veuve du chauffeur routier s'exprime

SOCIETE Stéphanie Besnard a perdu son mari et son fils dans la collision qu'i s'est produite le 23 octobre 2015 près de Saint-Emilion. Elle a témoigné auprès de RTL...

E.P.

— 

L'accident de Puisseguin a coûté la vie à 43 personnes.
L'accident de Puisseguin a coûté la vie à 43 personnes. — MEHDI FEDOUACH / AFP

Quasiment un an après la collision qui a coûté la vie à 43 personnes à Puisseguin, le 23 octobre 2015, la veuve du chauffeur routier, qui a aussi perdu son fils dans l’accident, s’est exprimé au micro de RTL.

>> A lire aussi : Puisseguin: L'origine de l'incendie du car mise en cause, presque un an après l'accident meurtrier

Stéphanie Besnard a perdu son mari Cyril Aleixandre, et son fils Théo, trois ans, qui accompagnait son père ce jour-là. Le camion a heurté un car transportant des personnes âgées, membres d’un même club à Saint-Palais, non loin de Puisseguin.

>> A lire aussi : Puisseguin: hommage au camionneur et à son fils dans un village de l'Orne

Sa femme souligne la prudence de son mari dans son métier. « Cyril faisait toujours attention à ses heures, il ne voulait jamais dépasser quoi qu’il arrive », explique-t-elle. « S’il se trouvait en forêt, il dormait en forêt. C’était pas un problème », précise Stéphanie Besnard.

« Pourquoi ils n’ont pas pu sortir du camion ? »

Le petit garçon accompagnait son père car il était en vacances scolaires et « adorait le camion », glisse sa maman. Le 23 octobre, Stéphanie Besnard entend parler du drame mais ignore encore que son mari et son fils figurent parmi les victimes. « Je ne l’avais pas eu au téléphone. J’ai essayé de l’appeler quand même, mais ça ne répondait pas parce qu’il était trop tard », raconte-t-elle.

>> A lire aussi : Accident de car à Puisseguin: 11 millions d'euros bientôt versés aux proches des victimes

« Aujourd’hui, on aimerait bien savoir ce qui s’est passé. Pourquoi il y a eu cette collision ? Pourquoi il y a eu ce feu ? Pourquoi ils n’ont pas pu sortir du camion ? », se demande-t-elle, assurant ne pas vouloir baisser les bras, « parce que je veux que ça aboutisse ».