Gironde: Incendies volontaires contre un potentiel centre d'accueil pour migrants

FAITS-DIVERS Un centre EDF d'Arès, qui devrait être retenu comme site d'accueil pour des migrants issus de la jungle de Calais, a fait l'objet d'une tentative d'incendie dans la nuit de jeudi à vendredi...

M.B.
— 
Arès (Gironde)
Arès (Gironde) — Capture d'écran Google map

Des traces d'hydrocarbure ont été retrouvées sur place. Le centre de vacances du CCAS d'EDF, sur la commune d'Arès, qui devrait être retenu comme site d'accueil de migrants issus de la « jungle » de Calais, a fait l'objet d'une tentative d'incendie dans la nuit de jeudi à vendredi. Deux départs de feu ont endommagé le portail principal et la porte d'entrée, révèle Sud Ouest.

>> A lire aussi : Nouvelle-Aquitaine: 900 migrants venant de Calais accueillis à partir du 15 octobre

Le caractère volontaire de ces incendies - très légers - semble ne pas faire de doute. Le préfet de région Pierre Dartout ad'ailleurs condamné ces actes et réaffirmé l'engagement de l'Etat pour l'accueil des migrants. Quelque 900 migrants doivent être hébergés en Nouvelle-Aquitaine à compter du 15 octobre, dont 300 en Gironde.

Le maire d'Arès condamne sans réserve cet acte

Le sujet de l'accueil de ces migrants est très sensible depuis quelques semaines à Arès. Une partie de la population s'est en effet fermement opposée à ce que leur commune fasse partie de ces sites d'accueil, et le conseil municipal s'est même prononcé contre. Parallèlement, une autre partie de la population a affiché son soutien à cette politique de solidarité.

>> A lire aussi : Arès, cette ville girondine qui ne veut pas accueillir de migrants

Le maire d'Arès a « condamné sans réserve » l'acte perpétré dans la nuit et s'est dit « désolé de ce qui arrive d'une manière générale », et peut amener des gens, du côté des pro comme des anti-migrants, « à dépasser les limites du raisonnable. »

Le préfet doit confirmer dans les prochains jours la liste des sites d'accueil en Gironde. Le président du conseil départemental Jean-Luc Gleyze a annoncé de son côté, jeudi, que sa collectivité participerait à cet effort de solidarité, en mettant à disposition la base d'Hostens, pouvant accueillir 36 personnes.