Charente: Un «papy nounou» de 84 ans condamné à 5 ans de prison ferme pour agressions sexuelles

FAITS DIVERS Mardi après-midi le tribunal correctionnel d’Angoulême a condamné un octogénaire à cinq ans de prison ferme pour des attouchements sexuels sur neuf mineures…

E.P.
— 
Illustration d'une prison en France.
Illustration d'une prison en France. — G. Varela / 20 Minutes

« Papy nounou », comme on le surnommait à tort, cachait bien son jeu. Le mari gâteau de l’assistante maternelle, âgé de 84 ans, a été reconnu coupable ce mardi d’agressions sexuelles sur neuf mineures, par le tribunal correctionnel d’Angoulême qui jugeait l’affaire à huis clos, rapporte la Charente Libre. Incarcéré depuis fin juillet 2015, il écope de cinq ans de prison ferme.

>> A lire aussi : Un palace parisien condamné après l'agression sexuelle d'une femme de chambre

Il profitait de séances de jeux vidéo

Pendant dix ans, entre 2005 et 2015, ce retraité s’est livré à des attouchements sur des enfants confiés à son épouse, assistante maternelle agréée à Sainte-Sévère, près d’Angoulême. Ses victimes étaient âgées de 3 et 10 ans au moment des faits.
Selon les informations de la Charente Libre, l’homme « profitait de séances de jeux vidéo dans un salon dédié à cet effet pour commettre ses agressions sur les fillettes ». Son épouse de 71 ans, qui a renoncé à son agrément obtenu en 1996, ne se serait jamais doutée de rien. Elle n’est pas poursuivie et soutient son mari.

>> A lire aussi : Deux ans de prison ferme requis contre le prêtre adepte de «massages sensuels»

Il dénonce des « affabulateurs »

Le prévenu nie absolument les faits. Expliquant qu’il a pu s’être endormi un jour la main « glissée par accident » dans la culotte d’une enfant. Il parle de jeux avec eux qui sont aujourd’hui mal interprétés. Il dénonce des « affabulateurs », sur fond de « cabale ». La première plainte a été déposée à l’été 2015 et d’autres ont suivi par la suite.

>> A lire aussi : Il agresse sexuellement huit jeunes baigneurs à Angers

L’octogénaire, inconnu de la justice jusqu’alors, devra indemniser ses victimes et leurs parents au titre du préjudice moral, avec des sommes allant de 3.000 et 11.000 euros. Au total, les indemnités s’élèvent à près de 80.000 euros.