Gironde: Emilie Andéol de retour en grandes pompes dans sa ville

SPORT La judokate, revenue de Rio avec l'or, va être reçue en grandes pompes...

Laetitia Dive

— 

Dans les rues de Marcheprime, on annonce le retour de la championne.
Dans les rues de Marcheprime, on annonce le retour de la championne. — Laetitia Dive

"Elle arrive ce samedi avec le train de 17h32 ». Sandra Callen, la présidente du club de judo de Marcheprime connaît le programme dans les moindres détails. Elle connaît Emilie Andéol depuis 17 ans, et comme beaucoup d’adhérents de son club, elle attend avec impatience l’arrivée de l’athlète.

Une émotion partagée

Le 12 août 2016, alors qu’Emilie Andéol s’apprête à livrer son ultime combat des Jeux olympiques de Rio, les marcheprimais retiennent leur souffle. Ce soir-là, la jeune femme décroche la médaille d’or dans la catégorie des plus de 78 kilos. Pour beaucoup, c’est une victoire inattendue. Pas pour Sandra Callen : « Je n’étais pas suprise. Pour moi ça coulait de source qu’une récompense arrive après tant de travail ».

La jeune femme avait déja remporté les championnats d'Europe en 2015 à Baku.
La jeune femme avait déja remporté les championnats d'Europe en 2015 à Baku. - Laetitia Dive

La présidente explique qu’à ses débuts, la jeune championne traînait pourtant des pieds. « Elle était paresseuse, confirme Jérémy, qui a combattu contre elle durant près de 15 ans. Mais quand elle le voulait elle savait se bouger ».

>> A lire aussi : Bordeaux: La Zombie walk interdite?

Dans le club, tout le monde connaît de près ou de loin celle qui a rapporté l’une des dix médailles d’or françaises. « Elle revenait toujours au dojo voir son ancien prof, Bertrand Bessero, raconte Sandra Callen. Lui était à Rio le soir de la victoire ».

Un exemple pour les plus jeunes

Sur la centaine de licenciés que compte le club de Marcheprime, la plupart seront présents pour le retour de leur championne. « Je voudrais lui demander comment c’était là-bas, et ce que ça lui a fait de gagner », explique Lucas, judoka de 11 ans qui aimerait lui aussi devenir champion olympique un jour.

Les plus jeunes judokas seront en nombre pour accueillir Emilie Andéol.
Les plus jeunes judokas seront en nombre pour accueillir Emilie Andéol. - Laetitia Dive

Pour ce retour chez elle, la championne devrait être accueillie par l'ensemble du personnel politique du coin, ainsi que par d'anciens grands noms du judo de la région. Elle-même a déja le sien gravé: le dojo de Marcheprime s'appelle Emilie Andéol. 

>> A lire aussi : Bordeaux: Younus, d'abord les devoirs et ensuite le foot