Bordeaux: Un projet à 7,5 millions d'euros pour rénover une piscine des années 60

EQUIPEMENTS La piscine Galin dans le quartier Bastide, fermée depuis septembre 2014, va ouvrir fin 2019 après des travaux de remises aux normes et d’augmentation de sa capacité d’accueil…

Elsa Provenzano

— 

A Bordeaux, le 21 janvier 2014, la piscine Galin est fermÈe pour cause de travaux.
A Bordeaux, le 21 janvier 2014, la piscine Galin est fermÈe pour cause de travaux. — E.Provenzano / 20 Minutes

Il va falloir patienter avant de faire des brasses dans la piscine Galin, située dans le quartier Bastide. Construit en 1966, l’équipement est fermé aux usagers depuis septembre 2014. En cause, de l’amiante découvert dans les gaines de ventilation, à l’occasion d’une opération de maintenance. Au lieu de remplacer les gaines au coup par coup, la Ville a choisi de moderniser en profondeur la piscine sur laquelle le dernier gros chantier remonte à 93/94.

>> A lire aussi : Des jeux d'eau à la piscine Galin?

La capacité d’accueil passe de 350 à 500

Après les travaux, elle pourra accueillir 400 baigneurs voire 500 en pic d’activité, au lieu de 350 auparavant. Un point important puisque le quartier, devrait passer d’environ 15.000 habitants aujourd’hui à 30.000 d’ici 2030.

>> A lire aussi : La piscine Galin, à la Bastide, sera fermée plus longtemps que prévu

Une pataugeoire va être créée pour les enfants a priori à côté du petit bassin et le solarium va être entièrement refait. Les tribunes sont conservées. Des mises aux normes en termes d’accessibilité et de performance énergétique sont aussi prévues. « L’étude de faisabilité a été validée et les 7,5 millions d’euros (coût de l’opération) sont inscrits au budget de la Ville », assure Jérôme Siri, maire adjoint du quartier, pour mettre fin à certaines rumeurs dans le quartier évoquant une fermeture définitive.

>> A lire aussi : De l’amiante à la piscine Galin

Les travaux commenceront fin 2017 pour une livraison annoncée fin 2019. « C’est long mais la réglementation et le code des marchés publics imposent un séquençage des appels d’offres. Ce sont des contraintes qu’on subit aussi », assure Jérôme Siri.