Les salariés de Ford marquent un point

Orianne Dupont - ©2007 20 minutes

— 

La journée morte de Ford Blanqueford a porté ses fruits. La grande majorité des 2 600 salariés de l'usine de production de boîtes de vitesses ont fait grève hier. Seule une trentaine d'entre eux seraient venus travailler, et les syndicats ont recensé près de 1 500 manifestants hier matin dans les rues de Blanquefort.

« En trente-cinq ans, je n'ai jamais vu ça, témoigne Jean-Claude Conte, représentant CGT. C'est dommage qu'on en soit arrivé là. » Et pourtant, ce fut un succès puisque pour la première fois, à l'occasion de la troisième réunion du groupe de travail sur l'avenir du site, les dirigeants de Ford Europe ont fait un pas vers les salariés. « Une dizaine de pistes intéressantes et crédibles ont été proposées pour diversifier la production, parmi lesquels la fabrication de nouveaux produits automobiles et la vente de boîtes de vitesses supplémentaires en les adaptant à d'autres constructeurs », explique Francis Wilsius, représentant du Comité d'entreprise.

Les syndicats se réjouissent de voir la situation se débloquer. Mais ils veulent en savoir plus sur l'après-2010. « Nous avons proposé la fabrication de moteurs pour des voitures hybrides et la création d'un bureau d'études, nous ne devons plus être dépendants des Etats-Unis ou de l'Allemagne », ajoute Francis Wilsius. S'il ne s'agit là que d'une piste, elle devra être rapidement étudiée, car ce projet nécessite des formations.