Nouvelle Aquitaine: La région vigilante sur l'amélioration du service des TER

TRANSPORTS La région a investi 515 millions d’euros pour la modernisation du réseau ferroviaire régional et de ses centres de maintenance…

Elsa Provenzano
— 
Le 15 septembre 2014, inauguration du train Regio 2N de Bombardier par Alain Rousset
Le 15 septembre 2014, inauguration du train Regio 2N de Bombardier par Alain Rousset —

Alain Rousset, président de la région Nouvelle Aquitaine, a souvent vivement critiqué la gestion des TER par la SNCF, pointant des taux de ponctualité insuffisants, des trains supprimés et des problèmes de maintenance. Face à ces reproches, la SNCF met notamment en avant la quantité de travaux engagée sur le réseau, en particulier pour la LGV Tours-Bordeaux.

Lors de sa conférence de rentrée ce mardi, Alain Rousset a rappelé « l’attente irrépressible de la région sur l’amélioration de la ponctualité » de ces trains du quotidien.

>> A lire aussi : Les conducteurs de TER Aquitaine en grève pour protester contre le manque de contrôleurs.

Meilleure information aux voyageurs

Un « plan de relance » a été présenté le 11 juillet dernier à la région par la SNCF. Outre la fiabilisation du service, il prévoit aussi d’améliorer les informations aux voyageurs, en particulier pour les trains supprimés. La SNCF s’est aussi engagée sur demande de la région à dédommager les abonnés annuels et mensuels sous forme d’une remise de 30 % sur leur abonnement du mois de septembre, après les mouvements sociaux du printemps. Le maintien des Intercités, trains de moyenne distance, est aussi un motif de satisfaction pour le président de région. Et il est persuadé que la fusion des trois régions va permettre de « faire baisser les temps de transports ».

>> A lire aussi : Les élus manifestent ce lundi contre la suppression de TER en Gironde.

Nouvelles rames Régiolis et Régio2N

« Il y a eu un effort considérable des régions sur le renouvellement des matériels », a souligné Alain Rousset. Quatorze des 24 nouvelles rames Régio2N ont été livrées et circulent déjà sur les lignes Bordeaux-Arcachon et Bordeaux-Agen. La totalité des rames, qui représentent un investissement de 235 millions d’euros pour l’institution régionale, seront toutes en service d’ici 2017. Les 37 rames Régiolis (250 millions d’euros d’investissements) vont aussi être intégrées au réseau d’ici 2018. Deux centres de maintenance ont été rénovés pour un montant total de 30 millions d’euros. Celui situé à Bordeaux sera inauguré le 22 septembre prochain.

>> A lire aussi : La Sncf annonce la suppression de 24 TER, la région lui retire 2,7 millions d'euros.

La région, autorité organisatrice, a une convention jusqu’en 2018 avec la SNCF, qui s’élève à 260 millions d’euros par an. Si certains points s’améliorent, Alain Rousset ne cache pas qu’en cas d’ouverture à la concurrence, la région se posera la question de faire appel à un autre prestataire.