Bordeaux: Jouez au prisonnier lors des Journées européennes du patrimoine

CULTURE Pour la première fois, la ville ouvre les portes de l’ancienne prison municipale située en plein centre-ville…

Clément Carpentier
— 
Une des deux cours avec les cellules autour.
Une des deux cours avec les cellules autour. — Clément Carpentier

Il suffit d’apercevoir les portes en bois des cellules épaisses de plusieurs centimètres et équipées d’énormes verrous pour se rendre compte de la dimension du lieu. Eh oui, il y a encore un demi-siècle des dizaines de prisonniers occupaient l’endroit.

Le permis de construire et un arrêté affichés à l'entrée de la prison.
Le permis de construire et un arrêté affichés à l'entrée de la prison. - Clément Carpentier

>> A lire aussi : La mairie de Castres ne participera pas aux Journées européennes du patrimoine pour raisons de sécurité

Près de 200.000 euros de travaux

Fermée au début des années 1960, la prison municipale de Bordeaux va accueillir pour la première fois du public lors des Journées européennes du patrimoine, de vendredi à dimanche. Elle est située rue Boulan à quelques mètres de l’Hôtel de ville.

Une entrée de cellule.
Une entrée de cellule. - Clément Carpentier

Fabien Robert est « ravi de permettre à tous les Bordelais de profiter de ce lieu emblématique et unique de la ville. L’architecture est assez incroyable. » Selon l’adjoint chargé de la culture et du patrimoine, la rénovation de cet espace inédit en plein centre-ville a coûté 200.000 euros.

Une prison de 15 cellules avec séparation homme/femme 

En effet, les murs ont quelques années voire siècles. Cette prison a été construite en 1880 quand le commissariat de police s’est installé à l’hôtel de Lalande. Derrière celui-ci, il y avait une cour et un jardin où la prison a donc été élaborée. A l’époque, elle comptait 15 cellules collectives et deux cours (une pour les femmes et une pour les hommes).

Le plan de l'ancienne prison municipale.
Le plan de l'ancienne prison municipale. - Clément Carpentier

>> A lire aussi : Dans les coulisses de Bercy avec Michel Sapin pour les Journées du patrimoine.

Si dès 1924, les policiers ont dû partager leurs bureaux avec un musée à l’étage, la prison, elle, a continué de fonctionner. Les prisonniers étaient notamment nombreux pendant la Seconde Guerre mondiale. « On peut par exemple lire les inscriptions gravées sur les murs par les détenus », rappelle Fabien Robert.

Des inscriptions gravées dans les murs par les prisonniers.
Des inscriptions gravées dans les murs par les prisonniers. - Clément Carpentier

Des expositions et conférences au programme 

Des photos et surtout les plans de l’ancienne prison municipale ont été affichés dans le couloir principal pour les visiteurs. Depuis sa fermeture, elle fait partie du musée des Arts décoratifs et du Design. et « servait de réserve depuis 40 ans mais on a décidé de tout déménager pour la faire revivre », explique Constance Rubini, la directrice du musée.

Des photos et des plans de la prison sont exposés sur les murs du couloir principal..
Des photos et des plans de la prison sont exposés sur les murs du couloir principal.. - Clément Carpentier

>> A lire aussi : Journées du Patrimoine, les monuments détruits méritent-ils d'être reconstruits?

A partir de maintenant, l’endroit accueillera principalement des expositions et des conférences. Selon Constance Rubini, « c’est un lieu parfait car il y a de grands espaces avec les cours mais aussi des petits avec les cellules où par exemple on peut mettre en avant des thématiques ou des artistes ». Une première exposition est d’ailleurs prévue dès juin 2017 autour des couleurs et du design.

L'ancienne prison municipale se situe en plein centre-ville de Bordeaux
L'ancienne prison municipale se situe en plein centre-ville de Bordeaux - Google Maps

L’ancienne prison municipale de Bordeaux renaît donc de ses cendres. Elle est en cours de classement aux monuments historiques de France.