VIDEO. Ils vont surfer sur la Dordogne

SURF Le mascaret est un phénomène naturel qui permet aux passionnés de surfer sur une rivière. Il aura lieu ce mardi soir...

Laetitia Dive

— 

Le mascaret se surfe en groupe.
Le mascaret se surfe en groupe. — NICOLAS TUCAT / AFP

Il devrait avoir lieu ce mardi à 20h41 dans le port de saint-Pardon à Vayres. Le mascaret est un phénomène qui se produit en période d’équinoxe. Il est dû à la forte marée qui remonte le cours du fleuve au niveau de l’estuaire de la Gironde… provoquant une vague de plus d’un mètre de hauteur.

>> A lire aussi : Pic de chaleur: 14 départements placés en alerte orange canicule

Plusieurs centaines de surfeurs se réunissent ce soir pour surfer cette étonnante vague faite d’eau douce et d’eau salée qui se déroule le long de la Dordogne. La plupart sont des habitués. D’ailleurs, le lieu exact du départ est un secret bien gardé dans la région pour éviter les attroupements.

Une vague qui se partage

« On se retrouve un peu avant l’heure prévue car le mascaret peut être en avance ou en retard », raconte Jérôme Cordoba de la Bordeaux Surf Association. Il pratique son sport grâce au mascaret depuis une dizaine d’années : « C’est un surf qui se partage. Contrairement à l’océan, on est plusieurs sur la même vague. On s’accroche même à la planche du voisin pour surmonter les courants faibles ».

Selon lui, l’expérience est très différente de l’océan. D’abord, le décor varie du tout au tout : l’eau est marron et la vague puissante, brisant des branches sur son passage. « Et de chaque côté, on voit les berges, ça fait drôle ! ». La vitesse varie aussi légèrement : 18km/h au fil du mascaret pour 15km/h dans l’océan.

Arriver à bon port

Le but est d’arriver jusqu’au port de Saint-Pardon. A l’issue du voyage, les plus vaillants sont récompensés : « Un couple de retraités a installé une corde pour qu’on puisse remonter sur la rive. En général, madame a préparé une tarte et monsieur a fait le café ». Pour ceux qui se sont échoués en route, il suffit de suivre le courant de la rivière jusqu’à l’embarcadère de départ.

Les mascarets n’ont lieu que dans peu d’endroits sur le globe. Celui de Vayres est l’un des rares où le surf se pratique. Mais la tendance se développe. Un surfeur originaire de Saint-Pardon en a d’ailleurs fait sa spécialité : Antony Colas voyage à travers le monde pour y dénicher des mascarets et se livrer à sa passion.

>> A lire aussi : Bordeaux: Au Jardin Botanique, une fleur de plus d'un mètre a éclos