Bordeaux: Au Jardin Botanique, une fleur de plus d'un mètre a éclos

INSOLITE L'Arum Titan ne fleurit qu'une fois tous les dix ans...

Laetitia Dive

— 

Le bulbe pèse entre 15 et 20 kilos.
Le bulbe pèse entre 15 et 20 kilos. — Laetitia Dive

En ce lundi d’été, les vacanciers se pressent pour admirer l’Arum Titan qui trône dans une des serres du Jardin Botanique. « Cette floraison a lieu environ tous les dix ans », explique Alexis Garnet, le responsable des serres.

Originaire de l’île de Sumatra, en Indonésie, la plante possède un bulbe tellement gros qu’elle a besoin de stocker énormément d’eau et de sels minéraux pour pouvoir éclore. Cette préparation lui prend plusieurs années et la floraison ne dure que trois jours.

Une drôle d’odeur

D’ordinaire, la fleur est abritée dans la serre tropicale du Haillan où elle a été plantée en 2003. Mais elle s’expose pour quelques jours au Jardin Botanique afin de permettre au public d’admirer ses 1,38 mètres de hauteur… et de respirer le désagréable parfum qu’elle dégage : une odeur de charogne qui lui permet d’attirer les insectes pollinisateurs.

>> A lire aussi : Bordeaux : Une vague de forte chaleur annoncée, avec des pics à 37 °C

En début de floraison, la toute première pour ce spécimen, la croissance était presque visible à l’œil nu : « Elle prenait 10 à 20 centimètres de hauteur par jour », raconte Alexis Garnet. A terme, le spathe, partie centrale de la fleur, va se faner, tout comme la feuille qui l’entoure.

Classée « vulnérable »

Ces floraisons rarissimes valent à l’Arum Titan d’être classé comme plante « vulnérable » par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN). Dans les zones où on la trouve, la déforestation est courante et les spécimens sont de plus en plus rares.

Actuellement, plusieurs sont abrités dans des jardins botaniques à travers le monde. En France, c’est seulement la quatrième fois qu’un Arum Titan fleurit, après ceux de Brest et Nantes. Ces plantes peuvent mesurer plus de trois mètres de haut.

>> A lire aussi : Gironde : La surveillance des plages prolongée jusqu’à mi-septembre