Bordeaux: Le rectorat proposait aux élèves d'écrire un discours nazi

EDUCATION L'exercice a depuis été supprimé du site du rectorat qui s'excuse pour cette maladresse... 

C.C avec AFP

— 

Une salle de classe (Illustration)
Une salle de classe (Illustration) — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Le rectorat de l’académie de Bordeaux a supprimé ce jeudi de son site internet un exercice mis à la disposition des professeurs d’histoire-géographie de 3e sur la Seconde Guerre mondiale qui proposait aux élèves d’écrire un discours pour le ministre de la propagande nazie Joseph Goebbels.

Un exercice pas banal

L’exercice, accessible en ligne depuis 2014, était disponible, parmi d’autres, sur une page consacrée à un partage de ressources pédagogiques entre professeurs d’histoire-géographie de l’académie.

>> A lire aussi : Un bug informatique perturbe les résultats du baccalauréat dans l'académie de Bordeaux

Dans l’exercice concerné, consacré à la bataille de Stalingrad en 1942, les élèves étaient invités à se mettre dans la peau d’un envoyé spécial du journal de l’Armée rouge soviétique et de rédiger un article, puis dans celle d’un employé du Reich chargé par le ministre de la propagande nazie Joseph Goebbels d’écrire « un discours en insistant sur les enjeux idéologiques et territoriaux de cette bataille pour l’Allemagne national-socialiste ».

Des professeurs alertent l’académie

« Nous avons fait retirer l’exercice du site internet car la formulation de la deuxième partie de l’exercice était maladroite », a reconnu l’inspecteur d’académie Michel Roques. Cette semaine, des professeurs s’étaient émus sur les réseaux sociaux du contenu et de la formulation de l’exercice.

>> A lire aussi : Le tirage au sort en fac de sport jugé illégal

Dans ce type d’apprentissage, « les élèves ne sont pas livrés à eux-mêmes, chaque partie développe un point de vue et la confrontation se fait sous l’autorité de l’enseignant », a insisté l’inspecteur.

« Se mettre dans la peau d’un fonctionnaire nazi, c’est là qu’est la maladresse », a reconnu M. Roques. Mais « ce type de travail n’est jamais fait sans accompagnement », c’est pour cela qu’il « a pu ne pas paraître particulièrement choquant à la personne qui l’a validé ».