Gironde: Des CRS armés sur les plages

SECURITE Certains auront le droit de porter leur arme de service sur eux pour réagir le plus rapidement possible en cas d'attaque terroriste... 

C.C avec AFP

— 

Un CRS surveille les nageurs à Berck-sur-Mer, le 5 août 2013
Un CRS surveille les nageurs à Berck-sur-Mer, le 5 août 2013 — PHILIPPE HUGUEN AFP

Une centaine des 300 CRS nageurs-sauveteurs, chargés de surveiller les plages cet été, seront armés pour leur permettre de riposter en cas d’attaque terroriste mais aussi de se défendre.

>> A lire aussi : Gironde: Un seul mois de surveillance des plages sera assuré par l’État cet été

Pour se protéger eux-mêmes 

Cette décision a été prise dans la foulée du double assassinat d’un policier et de sa compagne par un jihadiste se revendiquant du groupe État islamique (EI) à leur domicile de Magnanville (Yvelines) le 13 juin. « Il fallait donner une capacité de défense aux fonctionnaires de police, qui sont identifiés clairement sur les plages comme tels par leur tee-shirt siglé police nationale, s’ils sont pris pour cible », a expliqué une source policière.

Le chef de poste et son adjoint seront armés

Cette mesure est destinée également à faire face à une attaque terroriste du type de celle menée sur la plage tunisienne de Sousse, où 38 touristes avaient été tués le 26 juin 2016 par un Tunisien armé d’une kalachnikov, se revendiquant lui aussi de l’EI. « Sur chaque plage surveillée par les CRS, le chef de poste et son adjoint auront l’autorisation d’être équipés de leur arme qu’ils porteront dans une banane autour de la taille », a ajouté cette source.

>> A lire aussi : Lille: Le policier refuse son selfie, il lui jette de la bière à la figure

Moins nombreux sur les plages

Auparavant, les maîtres-nageurs-sauveteurs issus des rangs des CRS détenaient une matraque télescopique et une paire de menotte, rangées en général dans le poste de surveillance. Cet été, 297 maîtres-nageurs-sauveteurs CRS seront déployés sur les plages contre 460 l’été dernier. « L’état d’urgence et l’Euro-2016 de football ont contraint à réduire la saison à un mois au lieu de deux. Beaucoup de maires ont comblé leurs besoins en embauchant des saisonniers », a ajouté une source policière.