Gironde: Le Département fermement opposé à un projet d'élevage de près de 12.000 cochons

ECONOMIE Alors que la préfecture doit se prononcer d'ici le 21 juin sur la demande d'autorisation déposée pour l'extension d'un élevage porcin, le Département redit son opposition au projet...

E.P.

— 

L'élevage va passer de 7.600 à 11;600 animaux.
L'élevage va passer de 7.600 à 11;600 animaux. — PIERRE ANDRIEU / AFP

La SAS Le Lay a fait une demande d’autorisation pour agrandir son élevage porcin à Saint-Symphorien, en Gironde. Elle veut y doubler le nombre de bêtes élevées, pour rentabiliser des travaux de mises aux normes qui lui sont imposés, explique-t-elle. La préfecture doit se prononcer d’ici le 21 juin sur ce projet.

>> A lire aussi : Projet d'une ferme-usine de 12.000 porcs: Le préfet doit se prononcer d'ici au 21 juin

Une opposition réitérée

Dans cette perspective, le président du Département Jean-Luc Gleyze vient d’écrire au préfet, ce mercredi, rappelant son opposition à cette extension. Le 14 avril dernier, le conseil départemental a voté une motion dans ce sens, lors d’une séance plénière.

>> A lire aussi : Gironde: Les associations vent debout contre le projet d'une « ferme-usine » de 12.000 porcs

« Le modèle actuel d’agriculture industrielle est en crise, n’est pas porteur d’avenir pour les hommes et les territoires. Il induit des coûts indirects pour l’Etat et les collectivités, que ce soit pour la qualité du sol, de l’eau et de l’air », argumentait la motion, présentée par les élus socialistes et écologistes.

>> A lire aussi : Gironde: Le projet d'un élevage industriel de 12.000 porcs sera t-il autorisé?

La procédure d’enquête publique avait abouti à un avis défavorable en mars 2014. De nombreuses associations et institutions (Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, Parc National Marin du Bassin d’Arcachon, Sage du Ciron, Sage de Leyre, OIDG Sauternes et Barsac) se sont aussi élevées contre ce projet, jugé nocif pour l’environnement.

La décision du préfet sera connue dans les jours qui viennent.