Vente d'alcool restreinte pendant l'Euro: «On va le sentir sur le chiffre d'affaires», estime un épicier

CONSOMMATION Réactions des supporters et des épiciers de nuit après un arrêté stipulant notamment l'interdiction de vente d'alcools forts après 20 h pendant l'Euro2016, sur toute la Gironde...

Elsa Provenzano

— 

L'arrêté veut empêcher des débordements sur la voie publique liés à l'alcool.
L'arrêté veut empêcher des débordements sur la voie publique liés à l'alcool. — G. VARELA /20 MINUTES

Les épiciers de quartier n’en croient pas leurs yeux. A priori l’Euro2016 est une bonne nouvelle pour eux puisque les cinq matchs joués à Bordeaux, dont un quart de finale, vont attirer de nombreux supporters, potentiels consommateurs.

>> A lire aussi : Gironde: Pendant l'Euro, il sera interdit d'acheter de l'alcool fort après 20h

Mais leurs commerces sont visés par un arrêté préfectoral qui rentre en vigueur pendant toute la période de l’Euro, entre le 10 juin et le 10 juillet. Il interdit la vente à emporter d’alcools forts après 20 h sur toute la Gironde. Les grandes surfaces qui ferment à 21 ou 22 h sont aussi concernées par cette mesure.

>> A lire aussi : A Bordeaux, les épiciers de nuit ne veulent pas trinquer

Ces épiceries de quartier, pour lesquelles la vente d’alcool représente une part importante du chiffre d’affaires, avaient déjà été visées, en 2012, par un arrêté les obligeant à fermer leurs rideaux à 22 h, après une série de noyades dans la Garonne de jeunes hommes alcoolisés.

« On subit encore »

« Ces noyades, cela a été la justification de départ. Mais si on veut vraiment réagir par rapport à ce problème d’alcoolisation, pourquoi ne pas viser aussi les bars de nuit, les discothèques ? », s’interroge un épicier installé au centre-ville de Bordeaux. Depuis le premier arrêté, beaucoup de ces commerces ont fermé : « cinq dans mon quartier », précise ce gérant.

En rentrant dans son commerce, on aperçoit surtout des bouteilles de vin, présentes sur la moitié de la surface de vente environ. Mais selon lui, l’interdiction de vente des alcools forts après 20 h aura tout de même un impact sur son activité. « Je m’attends à une baisse de 10 % de mon chiffre d’affaires », estime-t-il. « On subit encore, mais qu’est-ce qu’on peut faire », souffle un autre épicier du centre.

Les supporters dépités

« Premièrement, ça donne une très mauvaise image de la France et de l’accueil que l’on peut donner à des supporters. Je ne sais pas si c’est une nécessité de boire quand tu vas regarder ton équipe jouer, mais l’un n’empêche pas l’autre : tu peux très bien décider au dernier moment d’acheter une bouteille et regarder le match avec tes potes, donc c’est dommage d’interdire cette possibilité-là. C’est une restriction supplémentaire de notre liberté d’agir, qui n’est pas forcément nécessaire », estime Thomas, cadre de 27 ans résidant sur le Bassin d’Arcachon et supporter du PSG.

Sur la page Facebook de 20 Minutes Bordeaux, les réactions sont également nombreuses. Beaucoup suggèrent d’anticiper et d’acheter de l’alcool avant 20 h. D’autres doutent qu’un tel arrêté soit respecté.