Bordeaux: La Cité du vin inaugurée par Hollande, entre manifestations et blocage de la rocade

POLITIQUE Le président de la République était présent pour l'inauguration du musée Bordelais du vin ce mardi. Des manifestations contre la Loi Travail et l'usage de pesticides par la filère viticole étaient organisées en réaction...

Elsa Provenzano

— 

François Hollande est venu inaugurer la Cité du vin à Bordeaux le mardi 31 mai à Bordeaux. / AFP PHOTO / POOL / MEHDI FEDOUACH
François Hollande est venu inaugurer la Cité du vin à Bordeaux le mardi 31 mai à Bordeaux. / AFP PHOTO / POOL / MEHDI FEDOUACH — AFP

Le président de la République s’est déplacé à Bordeaux, ce mardi, pour l’inauguration de la Cité du vin, un espace pédagogique sur les cultures du vin dont la construction, qui a coûté 81 millions d’euros, a commencé il y a 3 ans.

>> A lire aussi : Deux manifestations près de la Cité du vin à l'occasion de son inauguration par Hollande

François Hollande était déjà venu à Bordeaux, il y a deux ans, pour l’inauguration du pont Chaban-Delmas et l’an dernier pour le lancement du salon Vinexpo. Une assiduité pour les inaugurations bordelaises qu’Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de la Métropole, n’a pas manqué de souligner.

>> A lire aussi : Tablettes tactiles, vue, cave... Notre visite en avant-première de la cité du vin de Bordeaux

« Je suis ici parce que nous avons conscience qu’il s’agit d’un événement national et même international », a déclaré François Hollande, rappelant que le secteur du vin arrive en seconde position pour les exportations, après l’aéronautique.

Blocage de la rocade, panne d’électricité…

Deux manifestations étaient organisées ce mardi à l’occasion de la visite du chef de l’Etat. L’une par les opposants à la loi Travail et l’autre par les militants anti-pesticides. Elles devaient se tenir plus près de la Cité du vin mais ont finalement été tenues à l’écart par les forces de l’ordre. Les deux mobilisations se sont déroulées côte à côte et ont réuni plusieurs centaines de personnes.

Pour dénoncer la nocivité des pesticides, très utilisés dans la viticulture, les militants ont organisé un die-in sur la route, près du quai des Marques. L’électricité a été coupée pendant plusieurs heures dans le quartier mais n’a pas perturbé l’inauguration puisque la Cité du vin a basculé sur son groupe électrogène de secours.

Un blocage de la rocade a aussi été organisé dans la matinée par le collectif de lutte 33 à hauteur de l’échangeur 18. Il a été levé en début d’après-midi.

Les pesticides présents dans les discours

Alain Rousset, président de la région ALPC a estimé qu’on ne pouvait pas « taire un des problèmes de société les plus importants » et a « salué le courage » du président de l’interprofession Bernard Farges qui a annoncé récemment sa volonté de rompre avec l’usage de pesticides.

>> A lire aussi : Le CIVB évoque pour la première fois «une sortie de l'usage des pesticides»

Alain Juppé a lui aussi saluer cet engagement d'« innover avec de nouvelles pratiques culturales pour supprimer complètement les usages phytosanitaires ». « Il faut accélérer le rythme car c’est notre intérêt. cela ne peut être qu’à l' avantage de la promotion des vins », a estimé le président de la République, rappelant qu’un tiers des 85 millions de touristes qui visitent la France le font pour sa gastronomie et ses vins.

Les militants anti-pesticides, mobilisés à quelques centaines de mètres de la Cité du vin ne sont pas du tout rassurés par ces prises de positions qui relèvent de « l’effet d’annonce » pour Marie-Lys Bibeyran, membre de Générations Futures et d’Info Médoc Pesticides.

« Bernard Farges dit qu’il a pour objectif de sortir des pesticides et en même temps il discrédite le bio… » déplore-t-elle. Pour elle, il faut un plan à court terme qui protège les agriculteurs et les riverains qui vivent dans des lieux sensibles et d’ici 5 ans, mettre en place une transition vers une agriculture sans pesticides qui serait « accompagnée financièrement et techniquement », précise-t-elle.

Ils se sont mobilisés pour rappeler que tout n’est pas « beau et merveilleux » dans la viticulture bordelaise, qui selon eux, s’érige en exemple avec cette Cité du vin.