Bettencourt: « Je ne suis pas un escroc », clame l'ex-ami intime de la femme la plus riche de France

JUSTICE Le photographe François-Marie Banier, principal prévenu du volet abus de faiblesse de l'affaire Bettencourt, se défend d'avoir voulu devenir le légataire universel de la milliardaire...

E.P. avec AFP

— 

Le photographe François-Marie Banier. Credit:UGO AMEZ/SIPA/1605110846
Le photographe François-Marie Banier. Credit:UGO AMEZ/SIPA/1605110846 — SIPA

« Je ne suis pas un escroc ! » a clamé ce jeudi devant la cour d’appel de Bordeaux François-Marie Banier, principal prévenu du volet abus de faiblesse de l’affaire Bettencourt. Il se défend d’avoir cherché à devenir le légataire universel de Liliane Bettencourt, comme la richissime héritière de L’Oréal l’avait prévu dans un testament aujourd’hui révoqué.

>> A lire aussi : Affaire Bettencourt: « Bien sûr que c'étaient des sommes démentes, mais c'était son plaisir »

Ce testament, signé en décembre 2007 par la milliardaire juste après le décès de son époux André, a été au cœur des débats du troisième jour du procès, dans lequel quatre prévenus dont François marie Banier comparaissent.

>> A lire aussi : Quatre prévenus rejugés en appel pour abus de faiblesse contre Liliane Bettencourt

« Je n’ai jamais su que j’en serais le légataire universel »

« Peut-être que j’ai été fou d’accepter toutes les choses qui m’ont été données mais je ne suis pas un escroc ! » s’est défendu le photographe, ex-confident de la femme la plus riche de France.

Ce testament a été révoqué en 2010 en accord avec François Marie Banier. « C’était un acte fou ! (…) mais je n’ai jamais su que j’en serais le légataire universel » au moment de son élaboration, a affirmé le prévenu, plus pugnace que la veille.

Lorsqu’il a appris de sa bienfaitrice les termes de ce testament, « je lui ai demandé pourquoi elle faisait une folie pareille », au risque d'« exacerber le conflit » qu’elle avait avec son gendre Jean-Pierre Meyers et sa fille Françoise Meyers.

La milliardaire « désorientée »

« Il semble que vous ayez été associé avec vos conseils (…) et même eu une part active à l’élaboration de ce testament », s’est étonnée la présidente Michèle Esarté. « Un acte lourd de conséquence », établi « dans une période trouble » pour Liliane Bettencourt qui « n’était plus en phase avec la réalité » après le « choc » provoqué par le décès de son mari, a souligné la magistrate.

La milliardaire était « désorientée » au point de ne pas savoir qu’elle se rendait aux obsèques de son mari, a rappelé Michèle Esarté, sur la foi de plusieurs témoignages dont celui de l’un des petits-fils de Liliane Bettencourt.

« Le jour de l’enterrement, elle sait qui on enterre (…) et je ne vois pas Liliane dans un état de prostration après la mort d’André », répond François-Marie Banier.

L’avocat général Pierre Nalbert l’interroge alors sur « un déjeuner de juristes » organisé chez lui, une semaine avant la rédaction du testament devant notaire, s’étonnant que cette disposition faisant de François-Marie Banier le légataire universel n’ait pas été évoquée à cette occasion. « C’est possible, mais moi, je ne l’ai jamais entendu », se défend le photographe. « Ce n’est pas un déjeuner d’artistes (…) On fait venir des juristes (…), et c’est chez vous ! » tonne l’avocat général.

François-Marie Banier avait été le plus lourdement condamné en première instance : trois ans de prison dont six mois avec sursis, 350.000 euros d’amende et 158 millions de dommages et intérêts.