Girondins: Le top des grandes déclarations d’Ulrich Ramé en conférence de presse

FOOTBALL L’entraîneur des Girondins n’est pas un grand fan de l’exercice médiatique…

Marc Nouaux

— 

Jean-Louis Triaud et Ulrich Ramé lors de la conférence de presse de présentation du nouvel entraîneur des Girondins, le 15 mars 2016 au Haillan.
Jean-Louis Triaud et Ulrich Ramé lors de la conférence de presse de présentation du nouvel entraîneur des Girondins, le 15 mars 2016 au Haillan. — AFP

On a osé poser la question à Ulrich Ramé, le coach des Girondins. Pourquoi est-ce que depuis sa prise de fonction il y a deux mois, il répond toujours de manière courte aux questions ? Question de discrétion ou bien c’est l’exercice de la conférence de presse qui ne lui plaît pas ? « Ça dépend de la longueur de la question », nous a-t-il répondu d’un sourire malicieux tandis que l’attaché de presse du club ajoutait : « c’est comme quand il était joueur. »

>> A lire aussi : Revivez le nul du PSG face aux Girondins avec encore un but de Zlatan (1-1)

Sauf qu’aujourd’hui, Ulrich Ramé est un entraîneur dans un club qui souffre d’une image négative en termes de communication depuis plusieurs saisons. La posture médiatique est importante et pour l’instant, il ne joue pas trop le jeu devant les micros et les caméras.

Dommage, car en privé l’ancien gardien de but fait l’unanimité. Sympathique, il peut discuter longuement et de choses intéressantes. Loin de l’image qu’il renvoie depuis qu’il est coach de Bordeaux, où il pèse ses mots. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on ne pourra pas interpréter ses déclarations ou le traiter de donneur de leçon. Morceaux choisis.

  • Lors de sa prise de fonction : espérez-vous être encore sur le banc la saison prochaine ?

« Moi, je suis là pour huit matches, voilà. Les choix que j’ai à faire, c’est sur huit matches. »

  • Après Bastia : y avait-il de la crispation ?

« On arrive à un moment de la saison où tous les points sont importants. »

  • Avant Monaco : avez-vous eu le temps de travailler en profondeur avec votre nouvelle équipe ?

« Oui, on a travaillé de façon cohérente par rapport aux sept derniers matchs, on a approfondi certains secteurs en développant d’autres. »

>> A lire aussi : Euro 2016: Debuchy forfait (un de moins dans la liste des 23 de Didier Deschamps)

  • Savez-vous quel système de jeu allez-vous utiliser ?

« Il y a beaucoup de styles de joueurs. Ça peut permettre un certain nombre de dispositifs. Ça doit être un atout. »

  • Après Angers: malgré les avertissements vous avez encaissé des buts sur coup de pied arrêté...

« On connaissait leurs points forts et on a fauté sur un certain nombre de phases tout en sachant ces points-là. »

  • Cheick Diabaté envoyé en tribune:

« C'est un choix de ma part. Pourquoi? Il n’était pas sur la feuille de match, je n’ai pas à parler de lui. »

  • Avant Troyes : ce match sera-t-il l’occasion d’être plus offensif ?

« Il n’y a pas de match facile, la saison a été compliquée et les travers nous ont fait souvent chuter. »

  • La venue du PSG, est-ce un match hors normes ?

« Ça reste un match avec trois points maintenant c’est vrai que Paris c’est une équipe qui a pris une dimension importante et qui cumule les victoires, surtout en championnat. Ça va être un match dans lequel on peut essayer de mettre nos atouts en avant. »

  • Que retenez-vous des années avec Laurent Blanc comme coach ?

« On a quand même eu un titre, deux participations à la ligue des champions. Ce sont des choses importantes.Il y aura forcément un sourire, après pas de chose particulière. »

>> A lire aussi : Girondins: L'air de rien, Blanc critique la pelouse du nouveau stade qui «n'est pas bonne»