Vide sanitaire dans les landes: Le chef Guérard offre de reclasser 20 salariés de la filière foie gras

GRIPPE AVIAIRE Par solidarité, le chef étoilé Michel Guérard qui dirige un restaurant à Eugénie-les-Bains dans les Landes propose de reclasser une vingtaine de salariés au chômage technique, en raison de l'arrêt de la filière foie gras, imposé par le vide sanitaire...

E.P. avec AFP

— 

Le chef étoilé Michel Guérard reclasse des salariés de la filière fois gras, à l'arrêt en raison du vide sanitaire.
Le chef étoilé Michel Guérard reclasse des salariés de la filière fois gras, à l'arrêt en raison du vide sanitaire. — NICOLAS TUCAT / AFP

C'est un beau geste du chef étoilé des Landes Michel Guérard, en direction de la filière foie gras. Il a offert de reclasser une vingtaine de salariés réduits au chômage technique par le « vide sanitaire » mis en place pour juguler la grippe aviaire, a annoncé mercredi l'employeur, la société Lafitte. 

>> A lire aussi : Grippe aviaire: Quatre questions sur le «vide sanitaire» décrété dans le Sud-Ouest

En vertu du plan gouvernemental pour éradiquer la grippe aviaire, les derniers canards gras ont été abattus le 2 mai dans les élevages progressivement vidés depuis janvier. Les premiers abattages ne pourront reprendre que le 15 août.

>> A lire aussi : Grippe aviaire: Les éleveurs girondins inquiets de «l'arrêt brutal de toute la filière»

« Une proposition reçue avec beaucoup d'émotion »

En raison du dépeuplement des élevages, dont ses 80 fournisseurs Label Rouge, la maison Lafitte (abattage, transformation, vente) de Montaut, situé dans les Landes,a dû cesser sa production, et déclarer 120 de ses 135 CDI en activité partielle, a indiqué son directeur général Fabien Chevalier.

Michel Guérard, chef distingué par trois étoiles depuis 40 ans, est aux commandes du restaurant Les Prés d'Eugénie, et client de la société Lafitte, voisine du restaurant, depuis les années 60.

Son offre de reclassement formulée il y a quelques semaines « a été reçue avec beaucoup d'émotion dans l'entreprise », a raconté Fabien Chevalier. 

« Absolument gratuit »

Dans son établissement thermal, dans ses vignes (appellation Tursan), en service hôtelier, 21 postes ont ainsi été proposés par Michel Guérard, dont cinq ont à ce jour été pourvus, a précisé sa fille Eléonore Guérard.

Lafitte s'est dit profondément touché par le geste « absolument gratuit » du chef, marque d'une « grande fidélité ». La société a aussi salué le soutien de son propre personnel, qui a accepté de prendre tous ses congés et RTT pendant la période d'inactivité « pour travailler sans relâche dès la reprise » à la mi-août.

Des aides insuffisantes pour le volet transformation de la filière

Lafitte a par contre exprimé un « profond sentiment d'injustice » sur la l'aide insuffisante selon lui au « volet transformation » de la filière foie gras, alors que le « volet agricole », (accouveurs, éleveurs, gaveurs) «a été traité de manière remarquable » par les pouvoirs publics, via 140 millions d'euros d'aide.

>> A lire aussi : Grippe aviaire: La filière foie gras, forcée à l'arrêt, demande de l'aide à l'Etat

Le plan annoncé fin mars pour les autres professionnels de la filière prévoit bien une enveloppe de 60 millions d'euros, déblocable sous forme de subventions ou d'allègements de charges. Mais sur la base de pertes avérées pour 2016, et à des conditions rendant ce déblocage hypothétique, déplore Lafitte. L'entreprise réclame l'exonération des charges patronales correspondant à la perte de 15 semaines d'inactivité.