Bordeaux: La marque Cacolac boit du petit lait

ENTREPRISES Basée à Léognan, la marque de lait chocolaté enregistre une hausse de son chiffre d'affaires de 15 % en 2015...

Mickaël Bosredon
— 
Leognan, 18 octobre 2012. - Christian Maviel, directeur de Cacolac, presente les cannettes de vins rouges de Bordeaux, de vin blanc et de rose qu'il va commercialiser en Angleterre avant la marche francais en 2013. - Photo : Sebastien Ortola
Leognan, 18 octobre 2012. - Christian Maviel, directeur de Cacolac, presente les cannettes de vins rouges de Bordeaux, de vin blanc et de rose qu'il va commercialiser en Angleterre avant la marche francais en 2013. - Photo : Sebastien Ortola — S. ORTOLA / 20 MINUTES

La bonne année 2014 s’est confirmée en 2015 pour l’entreprise girondine Cacolac. Lancée dans la laiterie de La Benauge, et installée à Léognan depuis 2000, elle vient d’enregistrer 8,9 millions d’euros de chiffre d’affaires, contre 7,9 millions d’euros en 2014, soit une hausse de 15 %.

Relancée en 2014 pour ses 60 ans, la marque au lait et au cacao se porte donc bien, grâce à un « rajeunissement du design en mettant en avant le côté lait chocolaté sur l’emballage, et aussi le côté made in France avec des produits sains, puisque la boisson est composée de lait liquide, pas de lait en poudre » estime Christian Maviel, membre de la famille cofondatrice, et qui a repris la marque en février 2015.

Conquérir de nouveaux départements, et l’étranger

Cacolac enregistre une « bonne progression dans les DOM-TOM » même si ses régions de prédilection restent celles situées sous une ligne allant de la Bretagne à la Côte d’Azur, et également la région parisienne.

>> A lire aussi : Retour aux sources régionales pour l'entreprise Cacolac

L’objectif de la marque est maintenant de conquérir de nouveaux marchés, en France, mais aussi à l’étranger. « Nous venons de passer un partenariat pour un développement sur l’Afrique francophone, mais nos axes principaux sont l’Amérique et l’Amérique du Nord, le Moyen-Orient en partant des Emirats, et l’Asie sachant que ce dernier marché demande plus de travail en amont. »

Des produits praliné noisette et au caramel

Le succès repose aussi sur la diversification, puisque Cacolac a lancé deux nouveaux produits, un Cacolac praliné noisette, et un Cacolac caramel, en s’associant à l’un des plus anciens confiseurs français, le Normand Dupont d’Isigny.

Les ventes de la marque s’effectuent à 80 % en grande distribution, tandis que la vente à emporter fait face « à une véritable lame de fond » assure Christian Mavel. « Nous espérons qu’avec les grands événements à venir, comme l’Euro de foot, le secteur de l’hôtellerie-restauration nous portera également. »

Cacolac travaille déjà sur de nouvelles variantes de boissons, grâce à un laboratoire dédié à la Recherche et au Développement. Les nouveaux projets sont pour l’instant tenus secrets, et devraient être dévoilés d’ici à la fin de l’année.

L’embouteillage, l’autre spécialité de l’usine

La marque Cacolac représente 60 % du chiffre d’affaires du site industriel de Léognan, qui s’étale sur 8.000 m2. Les 40 % restant sont assurés par l’embouteillage de produits, qu’il s’agisse de contenants en verre ou en canette aluminium. « Nous possédons un savoir-faire depuis 1996, et une dizaine de clients nous font confiance pour cet aspect » explique Christian Maviel. L’an passé, elle a ainsi rempli quelque 25 millions de cols.

>> A lire aussi : Cacolac vendra du vin en cannette dès décembre

Cacolac veut par exemple se diversifier dans le vin en canettes. « Cela se développe doucement, mais dans cette partie de notre activité, nous sommes moins acteurs, mais à la disposition de clients pour faire savoir que nous offrons cette possibilité. »

La PME Cacolac n’a jamais quitté sa région natale girondine depuis sa création, en 1964.