Bordeaux: Les Girondins sont maintenus, au moins, ça, c'est fait

FOOTBALL Samedi soir, les hommes d'Ulrich Ramé se sont imposés (2-4) chez la lanterne rouge Troyes...

David Phelippeau
— 
La joie des Girondins de Bordeaux à Troyes, samedi.
La joie des Girondins de Bordeaux à Troyes, samedi. — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

On n’en doutait pas vraiment. En gagnant (2-4) chez la lanterne rouge de la Ligue Troyes, grâce notamment à un doublé de Rolan, Bordeaux (12e) a assuré mathématiquement son maintien dans l’élite. Il aura donc fallu attendre la 36e journée pour que les Girondins se mettent définitivement à l’abri…

>> A lire aussi : Girondins: «Je fais rarement de langue de bois, c’est dur de se motiver», prévient Chantôme

Le maintien, c'est ok

« Nous avions deux objectifs ce soir : prendre les trois points pour décrocher notre maintien mathématique en L1 et créer du jeu, a expliqué au sortir du succès dans l’Aube, l’entraîneur Ulrich Ramé Les joueurs ont répondu présent, c’est mission accomplie en inscrivant quatre buts, c’est le signe d’une envie retrouvée. La mission [du maintien] est remplie à 100 %, ce n’était pas encore certain. »

Il aurait quand même fallu un incroyable concours de circonstances pour que les Bordelais, qui restent sur huit points pris sur quinze possibles depuis l’éviction de Sagnol et l’arrivée de Ramé à la tête de l’équipe, ne chutent en Ligue 2.

Et maintenant la 8e ou 9e place?

« Finir dans le top 10 ? Il faut d’abord continuer à se remettre en cause, et que l’équipe alignée puisse continuer à créer du jeu tout en maintenant des principes défensifs », a poursuivi, très prudent, Ulrich Ramé, qui sait parfaitement que sa formation n’a pas non plus réalisé un immense exploit en s’imposant chez le dernier de L1 (une seule victoire sur sa pelouse). En attendant, avec ce succès, les Girondins de Bordeaux - qui comptent un match en moins à jouer contre Paris le mercredi 11 mai - s’offrent le droit de titiller la 8e ou 9e place avant la fin de la saison.

>> A lire aussi : Fou rire, engueulades, instants de solitude, buts… Maurice-Belay raconte ses meilleurs souvenirs avec les Girondins