Girondins: «Je fais rarement de langue de bois, c’est dur de se motiver», prévient Chantôme

FOOTBALL Les Girondins terminent la saison en roue libre…

Marc Nouaux

— 

Nice's Hatem Ben Arfa, right, challenges for the ball with Bordeaux's Clement Chantome during their French League One soccer match, Wednesday, Sept. 23, 2015, in Nice stadium, southeastern France. (AP Photo/Lionel Cironneau)/CIR103/90353167923/1509232015
Nice's Hatem Ben Arfa, right, challenges for the ball with Bordeaux's Clement Chantome during their French League One soccer match, Wednesday, Sept. 23, 2015, in Nice stadium, southeastern France. (AP Photo/Lionel Cironneau)/CIR103/90353167923/1509232015 — Lionel Cironneau/AP/SIPA

A quel type de match faut-il s’attendre pour les Girondins samedi soir à Troyes (19 h) ? En langue de bois, ça donne ceci : « C’est une équipe surtout mobilisée par rapport à sa philosophie de jeu », explique le coach, Ulrich Ramé. « C’est une équipe qui joue très bien au ballon », prévient Valentin Vada.

Et sinon, en étant vraiment sincère ? Ha, Clément Chantôme est sympa, il nous dit ce qu’il pense. « Je fais rarement de langue de bois mais c’est très dur de se motiver il n’y a plus grand-chose à jouer. A part gagner des places et un peu d’argent pour le club, on n’a rien à jouer. »

Chantôme a pris sa décision pour son avenir

Seul objectif sportif fixé par le staff et les joueurs, « finir dans les dix premiers », livre Chantôme. Une motivation, on l’imagine, peu importante pour un joueur qui ne devrait plus être bordelais l’année prochaine. « Je laisse du suspens pour vous [journalistes] mais ma décision est prise, vous verrez bientôt [sourires]. »

>> A lire aussi : Girondins: «Je ne pense pas que je serai là la saison prochaine» estime Chantôme

Les joueurs ont-ils au moins comme objectif de se montrer en vue pour tenter de décrocher un nouveau contrat ailleurs ou convaincre le club de les prolonger ? « Pour un certain nombre on arrive à 51 matchs, fait remarquer Ulrich Ramé. Beaucoup de joueurs ont eu les opportunités pour se montrer. »

Si les dés sont déjà jetés pour l’avenir des uns et des autres, compliqué d’espérer de grandes envolées du match de samedi.

>> A lire aussi : Fou rire, engueulades, instants de solitude, buts… Maurice-Belay raconte ses meilleurs souvenirs avec les Girondins