Aquitaine: La grande région se tourne de plus en plus vers le cinéma

CULTURE Neuf films soutenus par la grande région ont été sélectionnés pour le prochain Festival de Cannes, tandis que la filière «images» va prendre de l'importance sur le territoire...

Mickaël Bosredon

— 

La mort de Louis XIV, du réalisateur espagnol Albert Serra
La mort de Louis XIV, du réalisateur espagnol Albert Serra — Capricci Films

La nouvelle région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes sera présente en force au prochain festival de Cannes (du 11 au 22 mai). Avec neuf films soutenus par le conseil régional et sélectionnés au festival, elle sera cette année la collectivité la mieux représentée sur la croisette.

>> A lire aussi : Festival de Cannes: Kirsten Dunst, Mads Mikkelsen et Vanessa Paradis dans le jury

Rester vertical, d’Alain Guiraudie, a ainsi reçu 40.000 euros de la région et 50.000 euros du département de Charente-Maritime. La tortue rouge de Michael Dudok de Wit a bénéficié de 150.000 euros de la région, et autant du département de la Charente. Tour de France de Rachid Djaïdani a été soutenu à hauteur de 30.000 euros par la région et de 30.000 euros par la Charente-Maritime. Mercenaires, de Sacha Wolf, qui s’est principalement tourné en Aquitaine, notamment dans le Lot-et-Garonne, a lui reçu 190.000 euros de la région et 50.000 euros du Lot-et-Garonne. La mort de Louis XIV, d’Albert Serra, a bénéficié de 120.000 euros de la région et 60.000 euros de la Dordogne.

Le développement des économies créatives et créatives, « une priorité »

En 2015, 3,2 millions d’euros ont été engagés, rien que par la région Aquitaine et ses départements, en faveur de la filière cinéma et audiovisuelle. Ce jeudi, la présidente du CNC (Centre nationale du cinéma et de l’image animée), Frédérique Bredin, fera étape au conseil régional à Bordeaux.

>> A lire aussi : Du cinéma Aquitain sous les projecteurs de Cannes

Alain Rousset, président du Conseil régional, évoquera à cette occasion « les grands enjeux de la filière image et l’articulation pertinente de la politique régionale avec les nouveaux axes prioritaires de développement du CNC », et rappelera que la région a fait « du développement des économies créatives et culturelles une priorité. »

« Structurer un pôle de post-production » à Angoulême

Il annoncera notamment le maintien d’un engagement budgétaire identique à l’addition des trois fonds de soutien régionaux, soit 9 millions d’euros pour 2016 et 2017. Ce qui en fera le deuxième fonds de soutien en France, derrière l’Ile-de-France.

La région souhaite aussi « structurer un pôle de post-production » aux côtés du pôle Images Magelis à Angoulême, « en lien avec la formation des métiers techniques de la filière image, afin de lutter contre la concentration anachronique de 95 % des emplois audiovisuels en Ile-de-France. »

Le Limousin, véritable terre de cinéma

Depuis 1996, 575 films ont été tournés en Aquitaine, près de 380 films ont bénéficié du soutien de la Région Limousin depuis 1998, et depuis 2000, ce sont 388 films qui ont été tournés en Poitou-Charentes.

Avec une moyenne de 200 jours de tournage par an (hors documentaires), le Limousin est devenue en quelques années une véritable terre de cinéma.