Avenir de Diabaté aux Girondins: Les histoires d’amour finissent mal en général

FOOTBALL On ne sait toujours pas de quoi sera fait l’avenir de Cheick Diabaté, arrivé il y a déjà dix ans en Gironde…

Marc Nouaux

— 

Cheick Diabaté, l'attaquant des Girondins de Bordeaux, lors d'un match joué à Guingamp le 13 février 2016.
Cheick Diabaté, l'attaquant des Girondins de Bordeaux, lors d'un match joué à Guingamp le 13 février 2016. — FRED TANNEAU / AFP

Et si l’histoire entre Cheick Diabaté et les Girondins de Bordeaux se terminait mal ? En fin de contrat dans deux mois, le meilleur buteur des trois dernières saisons n’a toujours pas prolongé. Il aurait refusé les offres des dirigeants bordelais qui sont inférieures à ce qu’il souhaiterait.

Et depuis un mois, il traîne sur le banc de touche ou en tribune, Ulrich Ramé ne l’ayant jamais titularisé. A voir la réaction du nouvel entraîneur bordelais au sujet du Malien, on ressent d’ailleurs comme un malaise. « C’est un choix de ma part. Il n’était pas sur la feuille de match, je n’ai pas à parler de lui. »

>> A lire aussi : Absence de Diabaté aux Girondins: «C’est un choix de ma part» justifie Ulrich Ramé

Claude Peze, supporter des Girondins et très connu pour son activité sur Twitter où il raille régulièrement ses joueurs favoris, a fait de Diabaté l’une de ses cibles. « Voir l’histoire qui risque de se terminer en eau de boudin, ça fait mal au cœur, observe-t-il. Lui, c’est le héros improbable, qui va gagner la finale de Coupe de France en 2013 à lui tout seul. C’est l’antihéros maladroit mais attachant. Le problème, c’est que s’il n’est pas à 100 %, il ne sert à rien sur le terrain. Et il est rarement à 100 %, cette année il n’a été bon qu’un mois et l’an dernier que pendant six… »

Papin apprécie son profil

« Je ne connais pas le projet des Girondins mais personnellement, je pense que je le garderais, estime Jean-Pierre Papin, ancien attaquant du club. J’essaierais de trouver mieux mais si je n’y arrive pas, alors je le garde. Pour moi, c’est un profil intéressant qui a fait beaucoup de progrès dans le jeu dos au but. Et s’il est souvent blessé, ce n’est pas dit qu’il trouve un autre club pour l’accueillir. » « Il a marqué l’histoire du club », a même rendu hommage Willy Sagnol lorsqu’il était sur le banc des Girondins.

Mais peu importent ses stats, le cas Diabaté divise. Comme d’habitude. Arrivé en 2006 en provenance du Mali, il a mis environ cinq ans avant d’être un incontournable en équipe première. Puis, tantôt adulé par le public pour ses buts, tantôt moqué pour son style atypique, il est devenu celui qui cristallise l’attention.

« Avec lui au moins on rigole »

« Il fait des gestes techniques improbables, des contrôles de balle où personne ne sait où ça va et lui non plus mais il est surtout efficace, relève Claude Peze. Cette saison, il est plus efficace que Touré, Malcom, Jussiê, Kiese-Thelin et Crivelli réunis. Et avec lui, au moins, on rigole. En interview d’après-match, il peut te sortir des trucs improbables. »

>> A lire aussi : Girondins: Cheick Diabaté démarre l’année 2016 en grande forme

Comme tous les supporters, il se prépare à voir partir le grand Cheick. Dans l’incompréhension la plus totale. Et si le départ n’est toujours pas acté (la direction n’a pas encore officiellement tranché sur l’avenir de ses joueurs en fin de bail comme Chantôme, Debuchy et Jussiê), on ressent comme un mauvais pressentiment. Une sorte d’incompréhension au sujet de Cheick Diabaté. Comme d’habitude.