Comment tuer l’ennui lors des cinq derniers matchs de la saison?

FOOTBALL Englués dans le ventre mou de la Ligue 1, les Girondins n’ont plus rien à espérer de la fin de saison…

Marc Nouaux

— 

Poko, le milieu de terrain des Girondins lors d'un match joué à Marseille, le 10 avril 2016. AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Poko, le milieu de terrain des Girondins lors d'un match joué à Marseille, le 10 avril 2016. AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT — AFP

Depuis la nomination d’Ulrich Ramé en tant qu’entraîneur, les Girondins sont invaincus avec une victoire et deux nuls. En revanche, on s’ennuie terriblement lorsqu’on regarde les matchs. Calés à la douzième place à huit points du cinquième, Rennes, et avec neuf points d’avance sur Ajaccio, premier relégable, les Girondins n’espèrent plus rien de la fin de saison qui risque d’être bien longue. On a essayé de trouver quelques ressorts sur-lesquels appuyer pour finir en beauté face à des équipes qui n’ont plus rien à jouer (Angers, Troyes, Lorient, PSG et Caen).

>> A lire aussi : Son petit nombre de buts, la saison pourrie, Mariano, son avenir… Diego Rolan s’explique

  • Voir plus de joueurs offensifs

On s’en doute, ce n’est pas au programme de Ramé. Lui qui a aligné Poundjé milieu gauche à Monaco ou Poko milieu droit à Marseille préfère verrouiller avant de penser à autre chose. Les titularisations de Touré, au profil travailleur, vont aussi dans ce sens. Cela laisse peu de place pour un système à deux attaquants axiaux, avec Rolan associé à Kiese-Thelin, par exemple, un duo qui avait très bien fonctionné au printemps 2015.

>> A lire aussi : Le très triste match nul entre l'OM et Bordeaux (0-0) à revivre en direct

  • Faire jouer Malcom

Certes, le Brésilien ne défend pas beaucoup quand il est sur le terrain mais il est évident qu’il a du talent dans les pieds. Lorsqu’il provoque son adversaire ou tente des dribbles, il se passe quelque chose et le public girondin, en manque de spectacle, apprécierait de le voir davantage. Mais sans doute Ramé estime-t-il qu’avec Ounas, un joueur très technique sur le terrain ça suffit. Comme il a été payé assez cher, le petit Brésilien, il faudra quand même le faire jouer un jour.

  • Faire exploser le PSG

D’ici au 11 mai, date du match contre le champion de France, beaucoup de choses peuvent encore se passer au PSG, tout juste éliminé de la Ligue des champions et en plein questionnement sur l’avenir. Mais en cas de succès des Girondins, comme ce fut le cas il y a un an à Chaban, Bordeaux pourrait faire (enfin) chavirer le Matmut Atlantique en quête de sensation forte. Ce stade a en effet besoin d’un match référence pour se construire une identité autour des Girondins.

>> A lire aussi : Nasser Al-Khelaifi ne croit pas «à la fin d'une génération» mais «va réfléchir»

  • Faire des grandes annonces

Alors que l’on se pose de plus en plus de questions au sujet de la politique et des ambitions du club, pourquoi ne pas profiter de la fin de saison sans enjeu sportif pour avoir un coup d’avance ? L’idée serait d’anticiper déjà la saison prochaine en nommant rapidement un nouvel entraîneur voire en essayant de signer des nouveaux joueurs le plus tôt possible. Mais pour commencer, l’avenir de certains éléments en fin de contrat est à clarifier (Chantôme, Diabaté, Jussiê).

  • Rappeler Sagnol

Au moins, avec Willy Sagnol, on voyait des buts. Beaucoup de buts. Du coup, parfois, c’était presque drôle lorsqu’on voyait certaines interventions défensives de Yambéré, Poko ou Sané, dignes des fameuses VHS du « foot en folie » des années 1990. Donc, on rappelle Sagnol, qui demandera à son équipe d’appliquer ses idées et ses préférences tactiques pour que l’on voit des buts. Euh… Quelles idées ?