Lot-et-Garonne: Un jeune couple mis en examen pour violences volontaires sur son nourrison

FAITS DIVERS La mère de l'enfant, une lycéenne de 18 ans et le père, un jeune homme de 20 ans, ont été mis en examen vendredi pour maltraitances...

E.P. avec AFP

— 

Illustration d'un nourrisson.
Illustration d'un nourrisson. — DIDIER PALLAGES / AFP

 A 18 et 20 ans, les parents d'un nourrisson d'un mois sont soupçonnés de l'avoir maltraité. Ils ont été mis en examen pour « violences volontaires ayant entraîné une ITT (incapacité temporaire de travail) de plus de 8 jours par ascendant et sur mineur de moins de 15 ans », ce vendredi dans le Lot-et-Garonne. 

La mère a reconnu des faits de violences

La mère, une lycéenne de 18 ans, est scolarisée en classe de seconde à Villeneuve-sur-Lot, et le père de l'enfant est un demandeur d'emploi de 20 ans. Il a également été mis en examen pour « non-dénonciation d'actes de maltraitance », tout comme la grand-mère maternelle de l'enfant, chez qui vivait le couple dans la commune de Castillonès, à une soixantaine de kilomètres au nord d'Agen. La mère de famille a notamment reconnu qu'elle était « dépassée » par cette naissance et a avoué des faits de violences, a précisé la source judiciaire, confirmant une information de sudouest.fr qui a révélé l'affaire.

Tous les trois ont été placés sous contrôle judiciaire. Ils avaient été placés en garde à vue tous les trois le mercredi. 

Griffures sur le corps, côtes cassées

L'alerte a été donnée par les services des urgences où l'enfant avait été amené par son père en début de semaine car il crachait du sang dans son biberon. Des griffures sur le corps, des côtés cassées et un bout de nez arraché ont été constatés.

Une procédure d'avortement, engagée tardivement, et une autre d'accouchement sous X n'avaient pas abouti. 

Le couple, décrit comme « immature » et évoluant dans un milieu marqué par la « misère sociale », vivait chez la mère de la jeune fille « dans une petite chambre », a précisé la source judiciaire.

Une mesure de placement du nourrisson a été ordonnée.